Un trop long faux-plat

Dans la traditionnelle arrivée en légère montée de Stirling, terme de la deuxième étape du Tour Down Under, Marc Sarreau et ses coéquipiers ont vaillamment tenté leur chance. Passé à travers les chutes, le sprinteur de l’Équipe cycliste Groupama-FDJ a simplement coincé dans le dernier kilomètre et n’a pu bagarrer jusqu’au bout avec les meilleurs du jour. Comme en 2018, date du dernier passage de l’épreuve à Stirling, Caleb Ewan (Lotto-Soudal) a dominé Daryl Impey (Mitchelton-Scott).  

L’absence de bonifications dans les premiers kilomètres de cette deuxième étape a permis la formation très rapide d’une échappée ce mercredi. Joey Rosskopf (CCC) a remis le couvert, cette fois en compagnie de Laurens De Vreese (Astana), Omer Goldstein (Israel Start-Up Nation) et Samuel Jenner (UniSA-Australia). Mais contrairement à la veille, il n’a pas été le dernier homme à résister, la palme revenant cette fois-ci à De Vreese, absorbé à vingt-cinq kilomètres du but par un peloton n’ayant jamais laissé l’écart croître au-dessus des deux minutes. Puis dans un final exigeant, aussi marqué par les chutes, l’explosivité de Caleb Ewan (Lotto-Soudal) a fait la différence.

« Miles montre des choses très encourageantes » Jussi Veikkanen

« La journée a commencé de manière assez calme, résumait Jussi Veikkanen, et pour nos mecs, ça s’est plutôt bien passé, ils sont restés tranquilles dans le peloton. On avait fait une reconnaissance de l’arrivée et on visait l’étape avec Marc. C’était certes une arrivée ‘’punchy’’ mais il y a toujours des sprinteurs qui y brillent. On avait envie d’en faire partie. Dans le deuxième des trois tours de circuit, Mika Delage tombe avec Roelandts et Sabatini. Il change de vélo, repart tranquille et finit l’étape, mais on a alors perdu un coureur. Dans le final, il y a eu une deuxième chute, à 1,2 km de l’arrivée. Ça tombe parmi les costauds et cette chute a laissé des traces. Elle a aussi coupé le peloton en deux. Miles Scotson et Marc sont passés, les autres ont pris la cassure. On a revu du bon Miles dans les derniers kilomètres. Il montre des choses très encourageantes et revient bien après son opération. Il a ramené Marc, l’a placé exactement où il fallait, derrière Haas et Consonni à 800 mètres de l’arrivée. Mais les 500-600 derniers mètres étaient de trop pour Marc. C’était trop punchy pour lui ».

Jeudi, c’est un parcours encore davantage accidenté vers Paracombe, où Richie Porte avait triomphé en 2017, qui sera proposé aux coureurs. « C’est pour les puncheurs-grimpeurs, une partie du classement général se joue demain, c’est une étape décisive, prévient Jussi. Les sprinteurs vont avoir une journée ‘’off’’. Kilian Frankiny est bien, Bruno Armirail aussi, et Miles a encore montré de belles choses aujourd’hui. Ils ont bossé pour Marc les deux premiers jours, on va leur donner l’opportunité de se faire plaisir sur cette étape et on verra comment ça se passe. Pour Marc, rendez-vous est pris pour les quatrième et cinquième étapes. »