Premier podium pour Romain Seigle, deuxième place pour Marc Sarreau

En deux jours, l’équipe Groupama-FDJ a flirté avec la victoire dans les Boucles de la Mayenne mais ne veut pas s’en contenter. Romain Seigle, c’est un événement, a signé son premier podium professionnel dans le prologue disputé jeudi en début de soirée à Laval. Pour sa part, Marc Sarreau est tombé sur le talentueux Mathieu Van der Poel (Corendon-Circus) et a pris, vendredi, la deuxième place de la première étape.

Le prologue à Laval est une tradition pour les Boucles de la Mayenne et par le passé Johan Le Bon s’y était imposé avec le maillot de l’équipe sur le dos. En découvrant le circuit, Romain Seigle s’est pris à espérer d’un très bon résultat. Il l’a obtenu, battu par les seuls Godon (Cofidis) et Van der Poel.

« Je savais que je pouvais faire un bon petit truc » R.Seigle

« Ça fait super plaisir d’être sur le podium, dit-il. C’était un prologue qui me plaisait bien avec un final difficile et une côte d’arrivée. Je savais que je pouvais faire un bon petit truc et en plus la pluie m’a aidé puisque pour ma part j’avais couru sur le sec. Je suis vraiment content…  »

La première étape était promise à un sprint massif même si le circuit dessiné autour de Gorron n’était pas simple. L’équipe Groupama-FDJ a pris les choses en main dans le dernier kilomètre et a entendu, dans son dos, une chute survenue à 4 kilomètres de l’arrivée et ayant coupé le peloton en deux. Si Mickael Delage a endommagé son dérailleur dans la chute, ses quatre équipiers ont parfaitement piloté Marc Sarreau. Sans doute a-t-il payé un peu le dernier virage pris à l’extérieur quand Van der Poel était à la corde, sans doute a-t-il fait plus de chemin pour atteindre la ligne d’arrivée mais le champion néerlandais était au-dessus du lot !

« Je suis tombé sur plus fort » M.Sarreau

« Le circuit était usant, dit Marc, et ce n’était pas simple de contrôler. Dans le final, mes équipiers ont pris les choses en main et m’ont bien emmené mais je suis tombé sur plus fort. Avec ce faux-plat montant, c’est un final qui lui convenait bien. Je n’ai pas d’excuses, c’est à charge de revanche. Il y a eu un super boulot de l’équipe mais elle n’a pas été payée aujourd’hui ».

Comme le dit son patron Marc Madiot, Marc Sarreau devra sans doute attendre la dernière étape dimanche pour s’exprimer de nouveau. Samedi, l’étape est bien plus vallonnée et l’équipe Groupama-FDJ devrait s’en remettre à Valentin Madouas et Romain Seigle.

Par GIlles Le Roc’h