La première des deux arrivées au sommet de l’UAE Tour, ce mercredi, s’est soldée par la victoire de Tadej Pogacar, également nouveau leader de l’épreuve. Dans la très longue ascension de Jebel Jais, Matteo Badilatti a très longtemps accompagné le peloton principal avant d’être légèrement distancé à trois kilomètres de la ligne. Le grimpeur suisse a finalement coupé la ligne en 24ème position alors que se profile demain un nouveau sprint pour Arnaud Démare et son train. 

Afin d’aller chercher le sommet de Jebel Jais, situé à la frontière entre les Émirats Arabes Unis et le Sultanat d’Oman, le peloton filait ce mercredi plein nord à travers un tracé relativement plat jusqu’au pied de la grande difficulté du jour. L’approche a donc été des plus limpides, d’autant que seuls deux hommes ont bien voulu se projeter à l’avant dans cette nouvelle journée assez peu propice aux échappés : Jakob Egholm (Trek-Segafredo) et Luca Rastelli (Bardiani-CSF-Faizanè). Le peloton s’est longtemps désintéressé du duo au point de lui accorder huit minutes. Une avance peu à peu réduite par la formation du leader Stefan Bissegger. Au terme de cent soixante kilomètres tout en contrôle, la meute a ainsi attaqué les vingt kilomètres de l’ascension finale avec tout juste une minute de retour sur les fuyards du jour. Les coéquipiers du leader ont d’abord imprimé une bonne allure sur les premières pentes avant que l’équipe UAE Team Emirates n’entre en action pour favoriser les desseins de Tadej Pogacar. Le peloton s’est très vite aminci et il n’est bientôt plus resté que Matteo Badilatti en son sein pour le compte de la Groupama-FDJ.

« Il m’a manqué un peu de puissance », Matteo Badilatti

Bien que souvent situé dans les dernières positions, le grimpeur Suisse a longtemps réussi à tenir les roues. Ce n’est qu’à trois kilomètres du sommet qu’il a finalement été quelque peu distancé à la suite d’une cassure en milieu de groupe. Le Slovène Tadej Pogacar s’est adjugé la victoire au sprint alors que l’Helvète a franchi la ligne quarante-quatre secondes plus tard en vingt-quatrième position. « Les mecs ont bien bossé pour placer Matteo au pied mais lui n’était pas dans une très bonne journée », confiait Sébastien Joly. « Je ne suis pas vraiment satisfait de ma montée, il m’a manqué un peu de puissance, décryptait l’intéressé. J’ai dû prendre mon propre tempo, je suis déçu de ne pas avoir pu faire mieux mais c’est comme ça. Je dois encore un peu récupérer après avoir été malade récemment. C’était malgré tout une belle journée sur le vélo et je veux remercier l’équipe qui m’a bien aidé et bien positionné aujourd’hui. C’est un plaisir de faire partie du groupe des sprinteurs et c’est très excitant de rouler avec eux. J’espère maintenant qu’on aura de bonnes opportunités avec Arnaud les prochains jours ».

A lire dans cette catégorie…

1 commentaire

Jac34

Jac34

Répondre

Le 24 février 2022 à 09:49

Bravo Matteo. A ma grande surprise après avoir roulé en queue du peloton dès les dix derniers kilomètres, je lui donnais un kilomètre avant d’être lâché, mais il a tenu jusqu’aux trois derniers kilomètres.