Marc Sarreau lance sa saison avec un Top 10

C’est avec une place d’honneur que l’équipe cycliste Groupama-FDJ a officiellement démarré sa saison 2020 ce mardi matin, en Australie. Marc Sarreau a ainsi pris la huitième place d’un sprint très disputé à Tanunda au terme de la première étape du Tour Down Under, remportée par l’Irlandais Sam Bennett (Deceuninck-Quick Step).

Il d’abord a fallu attendre une quinzaine de kilomètres pour voir l’échappée du jour se développer avec trois locaux, Dylan Sunderland (NTT), Michael Storer (Sunweb) et Jarrad Drizners (UniSA-Australia), ainsi que l’Américain Joey Rosskopf (CCC). « Il y avait des bonifications en début d’étape, explique Jussi Veikkanen. Mitchelton-Scott a voulu faire le forcing pour le classement général dès le premier jour. Ils ont contrôlé puis Impey a fait la bonification. Ensuite, cette fameuse échappée matinale est partie. C’est plus ou moins le schéma qu’on attendait même si elle a été rattrapée plus tôt qu’on l’imaginait, à plus de trente kilomètres de l’arrivée ».

« Il faut créer des automatismes » J. Veikkanen

Dernier rescapé, Rosskopf a dès lors laissé les équipes de sprinteurs s’expliquer dans le final. Bien positionnée dans les dix derniers kilomètres, la Groupama-FDJ a patienté jusqu’aux trois kilomètres pour replacer le train de Marc Sarreau en tête, dans le sillage de Mickaël Delage. L’emballage s’est ensuite rapidement mis en place et Marc a vu la porte se refermer dans les derniers instants. « On était bien là, assure Jussi. Il y avait beaucoup d’envie mais c’est aussi un groupe qui a peu couru ensemble, avec Jacopo Guarnieri qui s’est ajouté et Fabian Lienhard qui est nouveau. Il y a eu du bon travail de chacun aujourd’hui mais il faut créer des automatismes qui ne viennent qu’en course. On n’a pas pu les travailler dimanche et ça s’est un peu vu aujourd’hui. Mais l’envie est là ! ».

S’il n’a pas eu l’ouverture ce mardi, Marc Sarreau s’est en tout cas rassuré sur sa condition et « n’a pas été gêné » par sa chute survenue lors du critérium de dimanche. Lui, comme le reste de l’équipe, se projette désormais sur l’étape de Stirling et son arrivée faux-plat montant, demain. « On a fait l’étape entière en reconnaissance, avance Jussi. C’est un circuit très récurrent sur le Tour Down Under. La dernière fois qu’on l’a fait, il y a deux ans, Caleb Ewan avait gagné. Il y a quatre ans, c’était Jay McCarthy. Ce n’est pas un circuit facile et tout dépendra de la volonté de certaines équipes de rouler pour éliminer le purs sprinteurs. Notre objectif demeure d’emmener Marc le plus loin possible. »