Benjamin Thomas formidable deuxième du chrono, Jake Stewart au pied du podium final

L’Équipe cycliste Groupama-FDJ a achevé l’Étoile de Bessèges 51e du nom de bien belle manière ce dimanche. Dans le contre-la-montre final à Alès, Benjamin Thomas a ainsi conquis une deuxième place remarquable, seulement battu par le champion du monde de la discipline Filippo Ganna, vainqueur pour la seconde journée consécutive. À la bataille pour un top 10 au général, Jake Stewart a lui aussi réalisé un excellent chrono (10e), lui permettant même de se hisser à la quatrième place du classement final. Il repart naturellement d’Occitanie avec le maillot de meilleur jeune, et l’équipe avec un très solide bilan.  

C’est avec l’idée de jouer sur deux tableaux que la formation Groupama-FDJ s’est présentée ce dimanche à Alès, pour l’ultime étape de l’Étoile de Bessèges et son traditionnel contre-la-montre au final en côte. L’ancien champion de France de la spécialité, Benjamin Thomas, avait ainsi à cœur d’exploiter sa condition du moment tandis que Jake Stewart avait l’opportunité de ponctuer sa belle semaine avec un top 10 au classement général. Avant que tous deux ne s’élancent, après 15 heures, leurs coéquipiers ont également parcouru les onze kilomètres du tracé. Le premier d’entre eux a été le vaillant Lars van den Berg, victime d’une chute vendredi, mais bien arrivé au terme de l’épreuve aujourd’hui. Romain Seigle a plus tard établi un joli temps en 16’15, néanmoins assez loin de la marque longtemps restée invaincue d’Ethan Hayter (15’21). Échappé samedi, Alexys Brunel a trouvé les ressources pour se glisser dans le top 10 provisoire à son arrivée (15’55), mais c’est bel et bien Benjamin Thomas qui est venu détrôner le Britannique quelques minutes plus tard, pour onze secondes. Le spécialiste de la piste n’a toutefois guère eu le temps d’apprécier le siège de leader puisque le bolide Filippo Ganna, champion du monde du chrono, est venu le devancer pour dix secondes. Il a toutefois été le seul, ce dimanche, à être plus rapide que le Français.

« Je suis très satisfait de ma performance », Benjamin Thomas

« J’ai eu d’excellentes sensations sur ce chrono, confiait Benjamin à tête reposée. Je sentais depuis 2-3 jours que les sensations étaient bien présentes et je connaissais bien le parcours. J’ai joué ma carte à fond. J’ai fait un gros départ pour bien me mettre dedans et j’ai plutôt bien monté la dernière bosse, même si elle m’a semblé interminable. Anthony [Bouillod, son entraîneur ndlr] m’a énormément encouragé, et au son de sa voix dans les trois derniers kilomètres, je savais que je jouais le meilleur temps. Nous avons un lien fort, je lui fais confiance à 100% et quand je sens qu’il pousse, ça m’encourage encore plus à me dépasser. Il ne me manque pas grand-chose pour battre Ganna, mais je suis très satisfait de ma performance aujourd’hui. Je n’aurais pas pu aller beaucoup plus vite. J’ai vraiment bien géré mon contre-la-montre. Je n’ai pas du tout de regret, et j’ai pris du plaisir, malgré la souffrance. Ça lance bien la saison et je suis rassuré par ma condition ». « Il ne faut pas oublier que lui et Ganna ont battu les chronos des années précédentes, insistait Thierry Bricaud. Il n’y a pas à rougir d’être battu par le champion du monde, surtout pour dix secondes. Ça ne peut que lui donner de la confiance pour la suite de la saison. On savait que le potentiel était là, mais c’est toujours mieux de l’exprimer par un résultat. Il l’a fait aujourd’hui et il sait qu’il est dans le vrai. On n’oublie pas que c’est pour lui une année olympique, qu’il attend depuis plus d’un an. Dans cette perspective, c’est important pour lui de tout de suite se remettre dans une dynamique positive ».

Il y en a un pour qui la dynamique positive ne s’est pas interrompue ce dimanche. Septième du général ce dimanche matin, Jake Stewart espérait conserver sa place dans le top-10. Il a fait mieux encore. Grâce à une performance de premier plan dans le chrono du jour, achevé en dixième position à 41 secondes de Filippo Ganna, l’Anglais a même grappillé trois places au général pour atterrir au quatrième rang final. « Je suis naturellement un peu surpris par le résultat d’aujourd’hui, confiait le jeune homme de 21 ans. Habituellement, le contre-la-montre n’était pas un point fort chez moi. Faire dixième aujourd’hui et faire un si beau chrono, c’est donc une petite surprise, mais c’était aussi agréable de constater que ma condition et mes jambes sont bien présentes actuellement ». « On savait qu’il avait le potentiel pour rester dans le top 10 et conserver son maillot, poursuivait Thierry, mais il m’a surpris dans la mesure où il n’avait fait qu’un seul contre-la-montre l’année dernière et qu’il n’avait pas encore eu l’occasion de rouler sur le vélo de chrono cette saison. Tout était un peu nouveau, mais il a mis de l’engagement et on a rapidement vu que ça répondait bien. À partir de là, tout était possible. Au fil du chrono, on a compris qu’il se rapprochait d’un top 5. C’est une belle surprise et c’est prometteur pour lui et pour l’équipe ».

« Je m’attendais pas à ça », Jake Stewart

Déjà deuxième du Tour du Limousin l’an passé, alors qu’il n’était pas encore membre de la WorldTeam, Jake Stewart étoffe ainsi un peu plus son C.V. « Je continue aussi de me découvrir en tant que coureur, et peut-être que tout ne se limite pas au sprint, au final, analysait-il. J’ai prouvé aujourd’hui que je pouvais faire de beaux chronos. Les petites courses par étapes avec contre-la-montre ne sont donc pas à exclure. Peut-être que je m’y concentrerai à l’avenir. C’est en tous les cas un super résultat, surtout si tôt dans la saison, et ce n’est certainement pas quelque chose à laquelle je m’attendais pour cette première année dans la WorldTour. Je peux être très satisfait de ce résultat et c’est une belle base de travail pour le reste de la saison ». Cette Étoile de Bessèges 2021, agrémentée de trois top-10, d’un podium, ainsi que d’une quatrième place finale et du maillot de meilleur jeune, avait donc de quoi satisfaire Thierry Bricaud : « On aurait aimé gagner, évidemment, mais je retiens l’engagement collectif de l’équipe que nous avions ici. Il y avait beaucoup de jeunes, avec notre capitaine de route William Bonnet. Je veux aussi souligner le travail des entraîneurs cet hiver pour préparer les coureurs. Même si on a une méthodologie de travail de plus en plus affinée, on ne sait jamais comment ça va répondre sur le terrain. C’est toujours bien de le valider par des résultats. On est dans le coup, les coureurs ont été offensifs et performants pendant toute la semaine dans un niveau proche du WorldTour. Ça lance la saison et ça confirme que ceux qui vont arriver sur les prochaines courses seront prêts eux aussi ».