Auteur d’un bon CLM, Rudy Molard est dans le Top 10

Sur le papier, la victoire d’étape n’était pas jouable pour l’équipe Groupama-FDJ dans la cinquième étape de Paris-Nice disputée contre la montre autour de Barbentane. Pour autant, Rudy Molard et Valentin Madouas se sont appliqués. La victoire est revenue contre toute attente à Simon Yates (Mitchelton-Scott) mais avant un week-end décisif, Rudy Molard figure dans le top 10 du classement général et Valentin Madouas est vingtième.

Ce chrono était plutôt dessiné pour les spécialistes même si le vent s’est levé dans la dernière heure et a un peu redistribué les cartes. Il y avait juste l’ascension menant vers la très belle abbaye Saint-Michel-de-Frigolet pour casser un peu le rythme et les jambes mais il fallait produire un effort total pendant plus de trente minutes.

« J’avais la volonté de le faire à bloc, dit Rudy Molard (26e à 1’12’’). J’ai bien passé les premières étapes dans les bordures et je pense que le Top 10 à Nice est jouable. Il n’y a pas une arrivée pour puncheur comme à Vence l’année dernière mais cette année j’ai le classement général en tête. Je me suis appliqué, mais ce n’était pas évident parce qu’il y avait plus de vent de face que pendant la reconnaissance. Ça m’a surpris mais j’ai tout donné.

« Je connais bien le Turini, cela fait une belle sortie de chez moi et je le monte de temps en temps » R. Molard

Demain, je pense que c’est une belle étape pour Arnaud Démare, il devrait jouer la gagne. Samedi, le col de Turini est peut-être un peu trop dur mais je vais m’accrocher et dimanche l’étape me convient bien. Je connais bien le Turini, cela fait une belle sortie de chez moi et je le monte de temps en temps. Il me faudra avoir bien récupéré de cette semaine éprouvante pour bien passer ce week-end. »

Pour Valentin Madouas, ce fut sans doute un peu plus dur mais s’il épatant dans bien des registres, il est encore en phase d’apprentissage dans le contre la montre. Frédéric Guesdon qui l’a suivi nous le confirme.

« Pour Valentin le chrono n’est pas un point faible mais il commet encore des petites erreurs et a donc les moyens de bien progresser. De combler l’écart avec les meilleurs. Aujourd’hui, il a mis un braquet un peu trop gros, il a fait quelques erreurs dans les trajectoires mais il finit à deux minutes de Yates et à une de Rudy, ce n’est pas la cata! Il a eu aussi peut-être un peu de fatigue, mais il est encore 20e de Paris-Nice. En fait, on attendait beaucoup de lui aujourd’hui parce qu’il réussit tout mais ce n’est pas mal quand même…  »