Arnaud Démare n’a pas pu s’exprimer

Dans un final particulièrement tumultueux ce mercredi, à l’occasion de la quatrième étape de l’UAE Tour, Arnaud Démare n’a pu se frayer un chemin pour aller croiser le fer avec les tous meilleurs dans le sprint. Troisième à Hatta Dam il y a deux jours, le Picard a cette fois dû se contenter d’une douzième place. À charge de revanche, évidemment, pour la fin de semaine. Avant celaDavid Gaudu est attendu au tournant demain à Jebel Hafeet pour confirmer sa belle place au général. 

« L’itinéraire était assez tortueux et technique par moments », Sébastien Joly

La deuxième des quatre opportunités réservées aux purs sprinteurs se présentait aujourd’hui sur l’UAE Tour, sur un tracé quasiment plat comme la main autour de Dubaï. Une journée néanmoins particulière à double titre comme le soulignait Sébastien Joly : « C’était d’abord le cas au niveau météo puisqu’en milieu de matinée, on a eu droit à une tempête de sable. Les prévisions annonçaient certes plus de vent que d’habitude, mais ça reste surprenant, on n’est pas habitué à ce genre de choses, énonçait-il. Il était heureusement prévu que ça souffle moins au départ. La deuxième particularité est que l’ensemble de l’étape se déroulait dans Dubaï ou en périphérie, ce qui rendait l’itinéraire assez tortueux et technique par moments, lorsqu’on passait dans une Marina ou dans un parc notamment ».

Il y avait donc quelques pièges à éviter, mais le peloton est de manière générale resté bien compact derrière William Clarke (Trek-Segafredo) et Veljko Stojnic (Vini Zabu-KTM), les deux seuls échappés du jour. Au sein du peloton, quelques sprinteurs ont tapé le bitume, à l’instar de Caleb Ewan, Pascal Ackermann ou Fernando Gaviria, mais tout le monde était bien paré en vue du final. « Dans cette partie de course, le vent était plutôt de côté, voire défavorable, ce qui a tendu le peloton à un certain moment, racontait Sébastien Joly. Puis, àquatre kilomètres de l’arrivée, on a vraiment pris le vent de face. C’était assez particulier dans l’approche du sprint mais Bruno [Armirail] et Ignatas [Konovalovas] ont bien remonté notre train ».

« Ils se sont faits un peu tasser », Sébastien Joly

Du fait d’une route très large, de nombreuses formations ont tenté de se faire une place, mais il n’y en a pas eu pour tout le monde. « On avait envisagé passer le dernier virage entre la huitième et la dixième position, exposait Sébastien. Mais une grosse chicane à 750 mètres a un petit peu compromis nos plans. Le train avec Ramon, Jacopo et Arnaud était jusque là bien groupé mais ils se sont faits un peu tasser et seul Jacopo a réussi à passer. On s’est fait un peu avoir là-dessus ».Arnaud Démare n’a donc pu s’exprimer pleinement et a franchi la ligne en douzième position, bien derrière la bagarre pour la victoire. « Il y avait évidemment de la déception à l’arrivée, admettait Sébastien. On va rediscuter de tout ça, de l’approche à adopter pour les prochains jours, et faire en sorte qu’on puisse parvenir à récolter un meilleur résultat que celui-ci. Tout le monde est motivé pour ».

Toutefois, avant de se projeter sur les deux dernières étapes promises aux hommes rapides, David Gaudu a une quatrième place au général à défendre, voire à améliorer, demain, sur les pentes de Jebel Hafeet, déjà théâtre de la bataille entre les favoris lors du troisième acte. « La différence avec mardi, c’est qu’il fera moins chaud. On annonce 7-8°C de moins,concluait Sébastien. Mais surtout, le vent qui soufflait du sud hier viendra du nord demain. Ça devrait donc rouler plus vite dans la montée, mais l’arrivée restera elle vent de face ».