Un retour aux affaires presque tranquille

À 500 mètres près, la reprise de Thibaut Pinot et de ses coéquipiers sur la Route d’Occitanie était conforme aux attentes : à savoir relativement paisible. Toutefois, le Franc-Comtois ainsi que Matthieu Ladagnous et Valentin Madouas ont été pris dans une chute collective à l’approche du sprint. Pas de quoi ternir la journée pour autant puisque les trois coureurs de l’Équipe cycliste Groupama-FDJ se sont relevés sans vrais bobos et ont été classés dans le même temps que le vainqueur du jour, Bryan Coquard.

Course de reprise sur le sol français, la Route d’Occitanie proposait ce samedi une première étape relativement longue de 187 kilomètres entre Saint-Affrique et Cazouls-lès-Béziers. Immédiatement, c’est une échappée de cinq hommes comprenant Lilian Calmejane (Total Direct Energie), Théo Delacroix (Circus-Wanty Gobert), Antonio Angulo Sampedro (Euskaltel-Euskadi), Andreas Lorentz Kron (Riwal-Readynez) et Marti Marquez Roman (Kern Pharma) qui prenaient les commandes. Derrière, la responsabilité était laissée aux équipes de sprinteurs, avantagées par le parcours du jour. La Cofidis du champion d’Europe Elia Viviani a dès lors effectué la majeure partie du travail pour museler les attaquants, notamment à travers les deux bosses de 2e catégorie situées avant la mi-course. Ce n’est donc que dans le dernier tiers du parcours que la course s’est intensifiée.

« La chute ne ternit pas la journée », Philippe Mauduit

« Sur les 130 premiers kilomètres, l’échappée était sous contrôle, résume Philippe Mauduit. Puis, à partir du km130, on a abordé des zones plus exposées au vent. Cela amène naturellement de la tension et de la nervosité dans le peloton. Dans ces situations, ce n’est pas forcément paisible car on ne peut pas rester relax. Malgré tout, il n’y a pas eu de cassures ». Comme attendu, le peloton a par la suite repris les échappés pour se disputer la victoire au sprint. Ce dernier qui s’est avéré quelque peu mouvementé. « Il y a eu une grosse chute à 500 mètres de l’arrivée, raconte Philippe, il n’y avait rien à faire pour l’éviter. La route était très étroite et sinueuse à ce moment-là. Trois de nos coureurs ont été impliqués : Thibaut, Matthieu et Valentin. Heureusement, il n’y a aucun souci. Cela fait partie de la course et ça ne ternit pas la journée dans la mesure où il n’y a pas de blessure handicapante ».

Thibaut Pinot et ses collègues ont alors pris le temps pour se relever et rejoindre la ligne avant d’être reclassés dans le même temps que le vainqueur Bryan Coquard. Le bilan du jour aurait pu être plus joyeux mais Philippe Mauduit souhaitait positiver : « Au final, on ne peut pas dire que ce n’était pas une reprise idéale. Au contraire. Malgré tout, les conditions étaient bonnes. Surtout, on est content d’être au départ d’une course et on a aussi vu que nos coureurs étaient dans le match. C’est plutôt rassurant ». Demain, l’Équipe cycliste Groupama-FDJ se présentera donc avec ses sept hommes complètement opérationnels au départ de la deuxième étape. « C’est un final un poil plus difficile qu’aujourd’hui mais, normalement, ça devrait tout de même arriver avec un gros groupe au sprint, conclut Philippe. De notre côté, nous attendons surtout lundi et l’étape de vérité ».