Stefan Küng et Kevin Geniets se testent

L’échappée a eu raison du peloton ce lundi, lors de la sixième étape de Tirreno-Adriatico. À l’arrivée, le Danois Mads Würtz Schmidt a ainsi raflé la victoire du jour alors que Stefan Küng et Kevin Geniets se sont tour à tour montrés à l’attaque dans le final. Le champion d’Europe du contre-la-montre a ainsi eu l’occasion de se tester à la veille du chrono final de la Course des Deux Mers, sur lequel l’Équipe cycliste Groupama-FDJ s’était d’ailleurs particulièrement distinguée l’an passé. s

Au lendemain d’une journée aussi épique qu’éprouvante pour les organismes, c’est une étape quelque peu vallonnée et à l’issue incertaine qui se profilait pour le peloton de Tirreno-Adriatico. « On savait que ça pouvait arriver au sprint, mais on s’était quand même dit qu’il fallait être dans le coup si un gros groupe s’extirpait dans les premiers kilomètres », expliquait Sébastien Joly. Au terme d’une première demi-heure dévalée à plus de 55km/h de moyenne sur un faux-plat descendant, un groupe est parvenu à se faire la malle, mais sans représentant pour le compte de l’Équipe cycliste Groupama-FDJ. « On avait plutôt imaginé que ça sorte dans la bosse (au km 28, ndlr), ajoutait Sébastien. C’est sorti un peu plus tôt avec six coureurs. Puis, étant donné que l’étape était accidentée et qu’il y avait beaucoup de fatigue d’hier, ils ont réussi à aller au bout. C’est un peu dommage pour nous, car les gars étaient vraiment motivés ».

« Ils avaient besoin de faire des efforts », Sébastien Joly

Détachés à l’avant, Simone Velasco (Gazprom-Rusvelo), Jan Bakelants (Intermarché-Wanty Gobert), Mads Würtz Schmidt (Israël Start-Up Nation), Brent Van Moer (Lotto-Soudal), Nelson Oliveira (Movistar) et Emils Liepins (Trek-Segafredo) ont cumulé jusqu’à six minutes d’avance et la chasse entreprise par les diverses équipes de sprinteurs n’a pas eu l’effet escompté. Finalement, après deux des quatre tours du circuit de Lido di Fermo, l’échappée a définitivement fait plier le peloton. Malgré tout, la Groupama-FDJ s’est voulue entreprenante au deuxième échelon de la course. Stefan Küng a ainsi accéléré à deux tours du terme tandis que son coéquipier Kevin Geniets l’a imité lors de la dernière boucle. « En cas de regroupement, on avait imaginé ressortir dans le final pour contrecarrer les plans des sprinteurs, confiait Sébastien. Les gars l’ont quand même fait, même si ce n’était que pour une septième place. Je pense qu’ils avaient aussi besoin de faire des efforts. Et puis Tirreno se termine demain, on pouvait se permettre de jeter un poil d’énergie dans la bataille. Je pense que Stefan a voulu tester ses jambes en vue du chrono ».

Le champion de Suisse et le champion du Luxembourg n’ont jamais obtenu une claire avance sur le peloton, et l’ont donc réintégré après quelques minutes d’efforts. À l’avant, Mads Würtz Schmidt a remporté le sprint de l’échappée pour la gagne, tandis que Valentin Madouas a passé la ligne en 21e position. Aucun changement majeur n’était à signaler au classement général, dont Rudy Molard occupe toujours la 16e place. Mardi, lors du traditionnel contre-la-montre de clôture autour de San Benedetto del Tronto (10,1 km), l’équipe aura plusieurs cartes à jouer. L’an passé, Tobias Ludvigsson et Benjamin Thomas avaient respectivement pris les 5e et 6e places.  « On a des ambitions sur ce chrono, concluait Sébastien. Avec Stefan, Benjamin et Tobias, nous disposons de trois bons rouleurs. On espère faire une belle étape et décrocher un top 5, voire mieux ».