Présents mais sans résultat probant

L’Amstel Gold Race a, comme de coutume, lancé la campagne des Ardennaises ce dimanche.  Dans une édition 2021 légèrement moins sélective qu’à l’habitude, les trois coureurs protégés de l’Équipe cycliste Groupama-FDJ se sont présentés dans la dernière ligne droite au sein d’un petit peloton jouant la quatrième place. Finalement, Rudy Molard a obtenu la première position sur la ligne (23e). Le groupe se dirige désormais vers la Flèche Wallonne, qui pourrait davantage lui sourire.

« Il n’y avait pas grand-chose à faire », Franck Pineau

Une fois n’est pas coutume, eu égard aux restrictions sanitaires, l’Amstel Gold Race se déroulait ce dimanche sous la forme d’un circuit autour de Valkenburg. Seules trois bosses figuraient ainsi sur le tracé, mais elles étaient à franchir à de multiples reprises : treize en l’occurrence, à l’exception du célèbre Cauberg, absent de la dernière boucle. C’est en revanche dès le tout premier tour que l’échappée du jour, composée de dix hommes, s’est constituée : Edward Theuns, Julien Bernard (Trek-Segafredo), Stan Dewulf (AG2R-Citroën), Sébastien Grignard (Lotto-Soudal), Maurits Lammertink, Loic Vliegen (Intermarché-Wanty Gobert), Chad Haga (Team DSM), Ryan Gibbons (UAE Team Emirates), Kenny Molly (Bingoal-Wallonie Bruxelles) et Anders Skaarseth (UnoX). Le peloton leur a seulement accordé cinq minutes d’avance maximum avant de contrôler, et le scénario est ainsi resté relativement figé pendant près de 150 kilomètres. « Ce n’était pas la course la plus palpitante, confessait Franck Pineau. Dix mecs ont fait toute la journée devant et dans le peloton, ça s’est fait par l’arrière au fil des tours ». Durant les trois premiers quarts du parcours, Rudy Molard, David Gaudu et Valentin Madouas ont pu compter sur leurs équipiers William Bonnet, Matthieu Ladagnous, Fabian Lienhard et Romain Seigle pour les protéger, et les replacer. « C’était assez nerveux toute la journée », confirmait d’ailleurs Rudy.

Les premières offensives au sein du peloton ont finalement débuté à environ quatre tours du terme, sans que cela n’aboutisse. « Tactiquement, il n’y avait pas grand-chose à faire, regrettait Franck Pineau. C’est une course à l’usure, type  WorldTour. Il y a eu des petites attaques mais ça ne partait pas ». À une quarantaine de kilomètres, David Gaudu a d’ailleurs tenté d’accompagner quelques mouvements, mais la décision s’est finalement opérée au dernier passage du Cauberg, à dix-sept bornes du but. Quelques écarts ont été créés, et dans la foulée, un trio Schachmann-Pidcock-Van Aert s’est envolé. « Ça s’est joué en costaud dans le Cauberg, et on n’a pas pu suivre les meilleurs qui vont se jouer la victoire », expliquait Rudy. Les trois leaders de la Groupama-FDJ se retrouvaient néanmoins dans un peloton d’une trentaine d’hommes à un second échelon. Le trio de tête n’a lui jamais été rattrapé, Van Aert s’est offert la victoire à la photo-finish, alors qu’un groupe relativement conséquent a bataillé pour les places d’honneur. À ce petit jeu, les hommes de Franck Pineau n’ont pu disputer les premiers rôles. « Nos trois gars étaient là pour la place de quatre, mais le sprint était un peu compliqué, expliquait le directeur sportif. Ce ne sont pas des sprinteurs nés… Je reste un peu sur ma faim, car on voit qu’ils ont le potentiel mais ça n’est pas validé par un résultat probant. C’était un circuit exigeant sans l’être énormément. Ils n’arrivent pas à cent, mais ils sont quand même quasiment quarante dans le même temps ».

« Ils n’ont pas failli physiquement », Franck Pineau

Meilleur coureur de l’équipe sur la ligne (23e), Rudy Molard commentait : « On pensait pouvoir anticiper sur ce circuit, mais ce n’était pas si simple. Un bon groupe arrive pour la quatrième place, preuve qu’il était difficile de faire la différence. C’est néanmoins une bonne course pour la suite et ça nous servira à tous pour mercredi et dimanche ». « David a fait des efforts, il s’est bien débloqué aujourd’hui, ponctuait Franck. On l’a souvent vu devant ou en train de remonter ses copains. Il est dans le match et ça va aller en s’améliorant. C’était aussi la deuxième course de rentrée pour Rudy, et de ce point de vue, c’est aussi pas mal d’être dans le final aujourd’hui. Valentin est aussi bien présent. Ils n’ont pas failli physiquement et on sera certainement mieux la semaine prochaine. Ça nous correspondra peut-être davantage ». Rendez-vous est donc pris pour la Flèche Wallonne, dans trois jours.