Les week-ends se suivent et se ressemblent pour Jake Stewart. Une semaine après deux troisièmes places sur les 4 Jours de Dunkerque, le jeune Britannique est de nouveau monté sur la boîte ce samedi, en Bretagne cette fois-ci. Sur le Grand Prix du Morbihan, huitième manche de la Coupe de France FDJ, il s’est montré parmi les plus forts dans un final pour costauds à Grand-Champ. Sur la ligne, il n’a été devancé que par Julien Simon, victorieux après avoir anticipé, et Alexander Kristoff. Il disposera d’une nouvelle occasion de briller ce dimanche sur les ribinoù du Tro Bro Leon. 

Sous un grand soleil, la Coupe de France de cyclisme reprenait ses droits ce samedi pour un week-end 100% breton. Avant d’aller affronter les chemins empierrés dimanche, les coureurs avaient donc rendez-vous sur le circuit bien connu de Grand-Champ pour le Grand Prix du Morbihan. Le final s’annonçait musclé, mais le scénario a lui été limpide :Samuel Leroux (Go Sport-Roubaix Lille Métropole), Jesse De Rooij (Bike Aid), Peio Goikoetxea (Euskaltel-Euskadi), Carson Miles (Premier Tech U23 Cycling Project), Paul Hennequin (Nice Métropole Côte d’Azur) et Alex Jaime Fernandez (Equipo Kern Pharma) ont immédiatement pris le large. « Ils sont partis à six après la première accélération et il n’y a pas eu de réaction du peloton, indiquait Marc Madiot, à la tête des troupes. Deux-trois équipes ont par la suite pris le contrôle du peloton et c’est progressivement revenu à l’approche du circuit final ». L’avantage de l’échappée a atteint un maximum de six minutes, mais était ramené à deux minutes à l’entame du second « grand tour » de circuit autour de Grand-Champ, à 80 kilomètres du terme. Quelques minutes plus tard, la course s’est relancée dans cette phase de transition avant les sept circuits « locaux », longs de huit kilomètres. « On n’a pas spécialement bougé, assurait Marc, mais on suivait les coups ». La donne a légèrement évoluépuisque l’échappée matinale a été avalée dans la première boucle du circuit final, et un nouveau duo s’est isolé en tête : Harrison Sweeny (Lotto-Soudal) et Ivo Oliveira (UAE Team Emirates). C’est alors derrière ces deux hommes que le peloton s’est organisé en chasse. « Ça a été une course en mode rouleau-compresseur toute la journée, expliquait encore Marc. Ça s’est surtout écrémé par l’arrière ». 

« Je suis dans une bonne phase », Jake Stewart

Dans la dernière heure de course, l’échappée a compté jusqu’à une minute d’avance mais le paquet est toujours resté à portée de fusil. Matthieu Ladagnous a notamment contribué à la chasse, tandis que ses coéquipiers Eddy Le Huitouze et Anthony Roux n’ont pas été des plus vernis. « Ils ont chuté à environ quarante kilomètres et se sont retrouvés hors-jeu, précisait Marc. Anthony est d’ailleurs bien amoché et il y a un point d’interrogation pour demain ». Réduite à quatre unités, l’Équipe cycliste Groupama-FDJ s’est recentrée sur son puncheur anglais. « À 35-40 kilomètres, ils m’ont dit qu’ils misaient tout sur Jakeet c’est ce qu’ils ont fait », glissait Marc. Après avoir laissé la main à d’autres en poursuite, le groupe est parfaitement remonté dans le dernier tour de circuit. C’est même elle qui a mis un terme définitif à l’échappée peu après la flamme rouge. « C’était une très belle course, mais c’était aussi vraiment dur dans le final, racontait Jake. On a patienté pour le sprintOn avait reconnu l’arrivée hier et j’avais pu constater que c’était le type de final qui me convenait bienL’équipe était très forte, Lada et Sam ont bien travaillé jusqu’au dernier kilomètre puis Bram m’a bienemmené jusqu’à 500 mètres de l’arrivée ». Dans cette arrivée en côte d’un kilomètre à 4% de moyenne, le jeune Britannique a donc été idéalement positionné. Presque trop. « Au final, on était devant un peu tôt, ajoutait Jake. J’ai attendu trop longtemps pour sprinter et Julien Simon a anticipé sur la droite à 400 mètres. On a un peu hésité derrière et j’ai ensuite disputé le sprint aux côtés de Kristoff »

Piégé pour la victoire, Jake Stewart s’est alors battu pour accrocher une solide troisième place. « C’est un bon résultat, mais on préfère toujours gagner, soufflait-il. C’est dommage mais j’engrange encore de la confiance après cette course. La condition est bonne, j’ai bien récupéré depuis Dunkerque et ilest clair que je suis dans une bonne phase. J’ai hâte d’être au Tro Bro Leon demain »« Simon est bien sorti, il a bien anticipé et on fait deuxième derrière Kristoff. On n’a pas de quoi rougir, c’est très correct, mais j’espère qu’on fera encore mieux demain », concluait Marc.

A lire dans cette catégorie…