Il a juste manqué un puncheur

Marc Sarreau, solide leader de la Coupe de France, savait bien que des deux manches prévues ce week-end en Bretagne, le Tour du Finistère et la côte de Meilh Stang Vihan n’était pas la plus favorable. En attendant le Tro Bro Leon lundi, il a clairement manqué un finisseur à l’équipe Groupama-FDJ à Quimper où Julien Simon (Cofidis) s’est imposé. Pourtant le groupe dirigé par Thierry Bricaud a fait une très bonne course.

Le début de ce Tour du Finistère a été calme, six coureurs dont Samuel Le Roux (Nature4ever-Roubaix-Lille Métropole) se donnant un avantage de neuf minutes sans accélérer. Ils ont été repris sur le circuit final au moment où Mickael Delage et ses équipiers ont impressionné collectivement.

Une douzaine de coureurs sont sortis en contre, étaient présents Sébastien Reichenbach, Mika Delage et Benjamin Thomas. Le peloton fort d’une trentaine de coureurs s’est recomposé mais les coureurs de Groupama-FDJ sont restés actifs. Mickael Delage a attaqué dans le dernier tour avant que Benjamin Thomas réagisse dans la dernière ascension à une première attaque de Julien Simon. Le Breton a porté son assaut décisif au moment où Benjamin revenait sur lui. Il a dû se contenter de la sixième place.

« C’était un final hyper décousu, explique Thierry Bricaud. Ce n’était pas facile à gérer et il nous aurait fallu un puncheur type Valentin Madouas pour finir le travail mais les gars étaient dans le jeu. A l’arrivée, pour dire l’intensité de cette course, Sébastien Reichenbach me disait qu’il était plus cramé qu’à la fin d’une étape d’une course World Tour ! Il était présent dans ce groupe de douze coureurs avec Thomas qui a tout donné et Mika qui vieillit bien. Il faut reconnaître que c’est une course qui ne nous réussit pas. Depuis que je suis directeur sportif, je ne pense pas qu’on l’ait gagné !  »