Groupama-FDJ en mode sécurité

La deuxième étape du Tour du Limousin a été gagnée au sprint par le Basque Aristi (Euskadi-Murias) sans que les principaux favoris de l’épreuve, notamment Sébastien Reichenbach, ne se découvrent. Tout se jouera vendredi dans une difficile étape corrézienne.

Cette étape a été animée par l’échappée de trois coureurs dont le dernier, le Sud-Africain Van Niekerk (St-Michel – Auber 93) a été repris non loin de Trélissac. Pour sa part, l’équipe Groupama-FDJ a couru concentrée auprès de son leader et en faisant en sorte qu’il ne soit pas piégé.

« Ç’a été une étape tranquille, dit Yvon Madiot. En début de journée on a essayé d’aller dans les coups avec Olivier Le Gac ou Ziga Jerman mais c’était décousu et il n’était pas question de s’échapper avec deux ou trois coureurs. »

Après, dans le final, Sébastien a été vigilant en répondant à une attaque de Gesbert (Arkéa-Samsic) et Cosnefroy (ag2r-La Mondiale) dans la dernière côte du jour à seize kilomètres de l’arrivée avant d’être maintenu en tête de peloton par ses équipiers.

« William a roulé fort pour placer Sébastien Reichenbach, poursuit le directeur sportif de Groupama-FDJ, on avait peur qu’il y ait des cassures dans la côte d’arrivée et ainsi Seb qui ne frotte pas très bien, est resté dans les dix premiers. C’était notre mode sécurité, il n’était pas question de perdre bêtement dix secondes. Alexys Brunel a roulé ensuite pour que ça ne se relève pas et que ça continue en file indienne. Demain, c’est l’étape la plus dure, avec des côtes plus longues et plus dures et 4.000 mètres de dénivelé au total. Je pense qu’il va y avoir une grosse bagarre. »