David Gaudu, détonateur et au pied du podium

David Gaudu a profité de la première étape en ligne du Tour du Pays Basque, ce mardi, pour se tester, et tester ses adversaires. C’est en effet le Breton qui, dans la plus importante ascension du jour, a lancé la bagarre parmi les favoris. Il fut d’ailleurs accompagné par le dernier vainqueur du Tour de France Tadej Pogacar avant qu’un regroupement ne s’opère et qu’Alex Aranburu ne file vers la victoire. En second rideau, le leader de la Groupama-FDJ a finalement accroché une très convaincante quatrième place dans l’arrivée en côte à Sestao.  

« Un très bon collectif », Franck Pineau

Au lendemain du contre-la-montre inaugural, le Tour du Pays Basque prenait la direction de Sestao, dans les faubourgs de la capitale régionale, pour une arrivée en bosse, courte et explosive. 155 kilomètres plus tôt, le départ a néanmoins été agité pendant une vingtaine de minutes avant qu’un groupe de sept hommes ne s’extirpe, comprenant Kevin Vermaerke, Martijn Tusveld (DSM), Quinten Hermans (Intermarché-Wanty Gbert), Ben Gastauer (AG2R-Citroën), Oscar Cabedo (Burgos BH), Mikel Iturria (Euskaltel-Euskadi) et Jon Irisarri (Caja Rural). « On voulait mettre un coureur devant seulement s’il y avait un bon groupe d’une dizaine, confiait Franck Pineau. Sinon, l’objectif était de rester concentrés autour de David ». Et c’est donc la tâche qui est incombée à l’ensemble des coéquipiers du Breton, et en premier lieu de Clément Davy. « Il a fait du bon boulot jusqu’à cinquante kilomètres de l’arrivée, il a ouvert la route pour toute l’équipe », précisait Franck. Puis, à l’approche du dernier tiers de course, le leader de la Groupama-FDJ a été remonté dans les premières positions du peloton et ne les a plus quittées. « On a eu un très bon collectif aujourd’hui, se félicitait Franck. Le mot d’ordre était de bien rester devant. On rentrait dans le vif du sujet au kilomètre 80, les difficultés s’enchaînaient et il fallait vraiment être bien placés et présents autour de David. On voulait le mettre en pôle position avant la principale bosse du jour et c’est ce qu’on a réussi à faire. Ensuite, David a fait le reste ».

D’abord protégé par Miles Scotson, Matthieu Ladagnous et Lars van den Berg, David Gaudu a profité du soutien de Bruno Armirail ainsi que de Romain Seigle dans les premières pentes de La Asturiana (7,7 km à 6,2%), à une vingtaine de kilomètres du but. « On savait qu’il fallait être placés au pied, qui était très dur et assez étroit, disait David. L’équipe a fait un super travail et chacun a apporté sa pierre à l’édifice pour me mettre dans les meilleures dispositions. Le pied a été monté fort, mais j’avais de bonnes sensations. Je sentais que ça répondait bien, que j’étais plutôt à l’aise, mais j’ai vu que le peloton commençait à temporiser à un certain moment. Alors Je me suis dit « pourquoi ne pas tenter ? ». On fait un petit trou après une chute avec Pogacar, puis on ne s’est pas trop posés de questions. Chacun a roulé, a passé ses relais et a donné ce qu’il avait ». « Il veut tenter des choses et il a raison, appuyait Franck. On ne va pas regarder les autres faire. Si on marche bien, on se doit de tenter ». Le reste des favoris s’est néanmoins organisé derrière le dangereux duo et a finalement opéré la jonction près de deux kilomètres plus loin. David Gaudu a de nouveau tenté avec le dernier vainqueur du Tour, mais c’est un quatuor comprenant le leader de l’épreuve Roglic qui s’est isolé peu avant le sommet.  

« J’ai envie de faire une belle semaine », David Gaudu

Tout est toutefois revenu dans l’ordre dans la descente, et un groupe d’une vingtaine de favoris s’est recomposé avant que la formation Astana-Premier Tech ne profite de son surnombre. Alex Aranburu s’est ainsi détaché à dix kilomètres du but et a creusé un avantage suffisamment conséquent dans la descente pour conclure son entreprise malgré la bosse finale de Sestao (800m à 7,5%). « Je me suis remotivé sur le final afin d’aller chercher une place d’honneur sur cette montée punchy, racontait David. Je me suis dit que ce serait aussi du bon travail en vue des Ardennaises. Je suis content de ma journée ». Le jeune homme a ainsi pu ponctuer sa belle prestation avec une quatrième place sur la ligne, à quelques centimètres du podium. « Ça prouve qu’il est bien et qu’il lui restait de l’essence dans le moteur, ajoutait Franck. C’est de bon augure. Il a bien géré ses efforts, c’est intéressant. S’il n’est pas embêté par des pépins de santé ou autre, il devrait bien s’amuser sur cette course ». Grâce à sa performance du jour, David Gaudu remonte également au 22e rang du classement général, et une nouvelle opportunité l’attend demain à Ermualde dans un final très exigeant (3km à 10%).

« On a reconnu cette arrivée, que j’apprécie, disait-il. J’espère que les sensations seront au rendez-vous. En tous les cas, je suis très motivé et l’équipe aussi.J’ai envie de faire une belle semaine. J’étais vraiment déçu après Paris-Nice et je suis arrivé ici un peu revanchard. ». « Ils ont tous envie de bien faire, concluait Franck. On ne se pose pas de questions et on ne s’interdit rien. Évidemment, il faut que les jambes soient là, mais la vraie clé ici, c’est le placement. Il faut vraiment être placés, et ce sera encore le cas demain. On a des garçons pour aider David dans cette perspective, puis c’est à lui de jouer face aux grands grimpeurs présents sur cette course. Ce que les gars ont fait aujourd’hui est très bien, mais il faut garder le cap et continuer dans ce sens ! »