Actualités

toutes les actualités

Une entrée en matière en douceur

le 28 juil. 2018 - Tour de Wallonie, Etape 1, La Louvière – Les Bons Villers (193,4 km)
Certes le Tour de France accapare les esprits mais la saison cycliste 2018 a débuté un troisième volet ce samedi avec le Tour de Wallonie, épreuve de reprise pour le champion de France Anthony Roux et six de ses équipiers. La première étape les a, quelque peu, déconcertés.

 

« Oui, confirme Sébastien Joly, c’était une rentrée des classes un peu particulière avec un air de classique flandrienne. Toute la journée, nous avons roulé sur de petites routes, c’était sinueux, il y avait du vent avec un tronçon pavé de quatre kilomètres à parcourir deux fois dans le final où il y a eu beaucoup de crevaisons d’une façon générale, pour nous aussi… »

 

D’entrée de jeu, il y a eu une échappée de sept coureurs que les équipes belges Lotto-Soudal et Quick Step Floors ont contrôlés.

 

« Pour notre part, poursuit le directeur sportif de l’équipe Groupama-FDJ, nous avions décidé de jouer la carte Davide Cimolaï mais il est tombé en début d’étape et ne se sentant pas bien dans le final, il nous a suggéré de changer de plan. Nous avons désigné Daniel Hoelgaard mais c’était inattendu pour lui et il n’a pas réussi à rentrer dedans. Cardis (Direct Energie) l’a emporté, notre sprinteur Norvégien a fini vingtième. »

 

Anthony Roux était heureux de ses sensations.

 

Pour sa première apparition officielle sous le maillot bleu-blanc-rouge et ce n’est rien de dire qu’il était très impatient, Anthony Roux était heureux de ses sensations et c’est de bon augure pour lui avant la deuxième étape qui sera vallonnée et donc plus traditionnellement wallonne.

 

« Ce sera plus à notre convenance, imagine Sébastien. L’idée est que nos coureurs vont progresser chaque jour ici. C’est leur course de reprise. Demain, c’est un enchaînement intéressant avec, notamment, la côte de la Citadelle de Namur à gravir deux fois. Nous aurons de bonnes cartes avec Anthony et Valentin Madouas. »

 

 

Par Gilles Le Roc'h

Vos commentaires