Une première prometteuse pour Stefan Küng

C’est la mauvaise surprise de la semaine. Arnaud Démare, forfait dimanche dernier au départ de la cinquième étape du Tour d’Algarve en raison d’un début de grippe, n’a pas eu le temps de se remettre et a déclaré forfait pour le week-end d’ouverture des courses belges. L’équipe Groupama-FDJ a donc aligné six coureurs dans le circuit Het Nieuwsblad mais Stefan Küng a délivré une bonne course achevée dans le premier peloton à la 18e place et à quelques secondes du vainqueur, le Tchèque Stybar (Deceuninck-Quick Step).

« Sans Arnaud qui devait être notre leader, dit Marc Madiot, nous avions un petit handicap en terme d’effectif mais on avait aussi Stefan Küng qui a fait une bonne course. Ses équipiers ont fait du bon boulot mais Stefan a manqué de réussite. La course s’est jouée dans le Molenberg à 40 kilomètres de l’arrivée où une attaque de Van Avermaet (CCC Team) a projeté à l’avant les hommes forts. L’Australien Matthews (Team Sunweb) est tombé devant lui et ça a fait la cassure. Il n’a pas pu rentrer et c’est dommage parce qu’il avait de bonnes jambes. Il a fini dans le groupe qui jouait la sixième place… En attendant, j’ai eu la confirmation que Stefan est fait pour ces courses-là ! »

La course a été animée par l’échappée de quatre coureurs, Jans (Corendon-Circus), Wirgten (Wallonie Bruxelles), De Vriendt (Wanty-Groupe Gobert) et Howes (Education First-Drapac) qui comptaient encore huit minutes d’avance à mi-course. Dans la première ascension de Leberg, 20 coureurs et notamment quelques candidats à la victoire tels Stannard (Team Sky), Naesen (ag2r-La Mondiale), Stybar (Deceuninck-Quick Step), Mads Pedersen (Trek-Segafredo) et Roelandts (Movistar) ont pris un coup d’avance mais Groupama-FDJ a fait partie des équipes roulant à la perte de cette tentative. Olivier Le Gac a fait alors un gros travail avec Stefan Küng dans son sillage. Dommage, vraiment, qu’il y ait eu cette chute dans le Molenberg…

« La première course dans les Flandres n’est jamais évidente pour nous, dit Frédéric Guesdon. On y a découvert Stefan dans le rôle qu’on voulait lui donner. On ne s’est pas trompé, il est opérationnel dans les classiques. Ce qui s’est passé dans le Molenberg est seulement un contretemps. Les gars ne sont pas mal mais ils n’ont pas beaucoup couru et le but est aussi d’être en forme un peu plus tard. Aujourd’hui on est à notre niveau.  »