Un drôle de week-end pour Arnaud Démare

Arnaud Démare a pris la deuxième place de la quatrième étape du Tour d’Algarve en dépit du formidable travail de ses équipiers. Quelques heures plus tard, il renonçait à prendre le départ de la dernière étape. Ressentant les effets d’un état grippal, lui et Frédéric Guesdon ont préféré jouer la prudence en prévision de l’ouverture des classiques flandriennes le week-end prochain.

Samedi, l’équipe Groupama-FDJ a joué parfaitement groupée pour propulser son sprinteur vers la victoire. Tout s’est remarquablement passé pendant la poursuite derrière les échappés avec Benoît Vaugrenard travaillant au placement de ses équipiers. Puis dans la préparation du sprint avec Stefan Küng de nouveau hyper actif tandis qu’Olivier Le Gac piquait un sprint à quatre kilomètre de l’arrivée pour redonner un petit coup de main. La lutte était vive dans la roue d’Arnaud sachant que le passage d’un rond-point à l’amorce de la dernière ligne droite serait primordial. Sans qu’il ne voit rien venir, trois adversaires sont venus s’intercaler entre Jacopo Guarnieri et lui.

 « Arnaud est très fort, on l’a vu, et il y a eu un super boulot de toute l’équipe ! » F. Guesdon

Certes Ramon Sinkeldam et Jacopo ont abordé la dernière ligne droite en tête mais Arnaud n’était pas dans leur sillage. Il a alors délivré un sprint puissant et rageur mais n’a pu remonter Groenwegen (Jumbo-Visma) qui l’a emporté.

« Un sprint n’est jamais évident, dit Frédéric Guesdon, et Arnaud a peut-être commis une petite erreur qui lui coûte cher. On ne va pas s’arrêter là-dessus, on va aller de l’avant. Arnaud est très fort, on l’a vu, et il y a eu un super boulot de toute l’équipe !  »

« Cette nuit, il a eu froid, a beaucoup transpiré« 

Dans la nuit, Arnaud ne s’est pas senti bien et après une discussion avec le staff de l’équipe, il a été décidé qu’il ne prendrait pas le départ de la course.

« Hier, pendant l’étape déjà, il n’était pas super, explique son directeur sportif, il était un peu fiévreux. Cette nuit, il a eu froid, a beaucoup transpiré. Il y a beaucoup de malades actuellement dans le peloton. Il aurait pu prendre le départ mais vu le profil de cette dernière étape, il assuré en prévision du week-end prochain. Il aura profité d’une journée de récupération supplémentaire…  »

Stefan Küng a pris part à une échappée de treize coureurs où il côtoyait d’autres bons rouleurs tels que Maes (Lotto-Soudal), Wynants (Jumbo-Visma), Declercq (Deceuninck-Quick Step), Politt, Wütz Schmidt (Katusha-Alpecin) ou Pedersen (Trek-Segafredo) mais il a été repris dans le final. Après avoir de nouveau fait grosse impression.

« Stefan a encore fait une super étape, dit Frédéric mais l’écart avec le peloton n’était pas assez important quand il sont arrivés sur le circuit final. Son groupe a vite perdu du temps quand la bagarre a commencé derrière. Ça l’a condamné. Stefan prépare les classiques Flamandes… En fait il prépare tout et je pense qu’il sera bien dès le week-end prochain. Il a le potentiel, il a très envie de faire ces courses. Nous nous retrouverons tous en Belgique jeudi soir pour effectuer une petite reconnaissance du parcours du Circuit Het Nieuwsblad qui a changé. De toute façon c’est bien de remettre les roues sur les pavés et les monts.  »