Thibaut Pinot en patron!

Thibaut Pinot a gagné le Critérium International en Corse, rejoignant au palmarès une belle brochette de vainqueurs, Cadel Evans (2012), Christopher Froome (2013) et Jean-Christophe Péraud (2014 et 2015) et s’il a aussi levé les bras en solitaire au sommet du col de l’Ospédale pour faire coup double, il le doit à une formidable équipe FDJ qui était absolument injouable.

Pourtant la course a été compliquée, les adversaires du Trèfle ne ménageant pas leurs efforts pour contrarier la vérité établie samedi par le contre la montre déjà gagné par Thibaut. Dès le premier col, sept coureurs se sont échappés et deux d’entre eux étaient dangereux, Thomas Voeckler (Direct Energie) et Moreno Moser (Cannondale). Jamais les équipiers de Thibaut ne leur ont laissé plus de 2’15’’ d’avance !

Il y eut d’abord les efforts de William Bonnet et Laurent Pichon qui ont un peu payé leurs efforts dans la deuxième ascension, le col de Bacinu. « Nous voulions rester ensemble, explique Franck Pineau, et nous avons préféré les attendre pour qu’ils continuent leur travail. En fait, tout au long de cette journée, les sept équipiers de Thibaut ont été parfaits et d’ailleurs, si l’un d’eux avait failli, nous aurions eu beaucoup de mal à gagner. C’est fait et je dois dire que c’est un beau cadeau d’anniversaire qu’ils m’ont fait ! »

Après William et Laurent, Jérémy Roy et Anthony Roux ont pris le relais et puis, à l’approche de Porto Vecchio, le jeune Christian Eiking a produit son effort. A l’entame du col de l’Ospedale, l’écart était réduit à 45 secondes. Sébastien Reichenbach a alors pris la barre et n’a laissé à personne le soin de revenir sur les échappés puis sur Jeandesboz (Direct Energie) qui avait attaqué à 11 kilomètres de l’arrivée. Celui qui a pris la quatrième place de Tirreno-Adriatico a ainsi établi un tempo élevé jusqu’à la banderole annonçant les quatre derniers kilomètres.

Alexandre Géniez avec Thibaut dans son sillage et devant un peloton réduit à dix unités a rendu raison au tandem Latour-Péraud (ag2r-La Mondiale) passé à l’offensive puis a remis ça jusqu’à sa dernière force. Il ne restait que le seul Latour en tête de course à 2 kilomètres du but avec 10 secondes d’avance. Formidable de sang-froid, Thibaut a accéléré à 1,5 kilomètre de l’arrivée pour se retrouver seul sous la flamme rouge. C’est en champion, vêtu du maillot jaune qui lui va bien, que le leader de la FDJ a franchi la ligne d’arrivée, cumulant deux victoires en une seule journée.

« Ça n’a pas été une étape facile, dit Thibaut, avec une échappée partie dans le premier col et une première heure disputée à 50 km/h. Ce n’était pas facile à gérer mais mon équipe a été parfaite, elle a fait du tableau noir. Après le boulot de chacun de mes équipiers, je me devais de gagner cette étape et je me suis fait mal pour aller la chercher ! L’équipe le méritait… »

Thibaut est heureux, compte trois victoires à son palmarès cette saison et il n’avait jamais gagné aussi tôt dans une saison.

« On est là pour gagner, j’y prends goût, poursuit Thibaut. L’an dernier j’avais gagné cinq courses mais la différence avec 2015 c’est que nous avions dû attendre le mois d’avril pour gagner notre première course. Là, après Arthur Vichot dans le Tour du Haut-Var, Arnaud Démare dans une étape de Paris-Nice et Milan-San Remo et moi ici dans le Critérium International, l’équipe est dans une très bonne spirale. Une très bonne dynamique collective et je pense que ça va continuer comme ça ! »