Thibaut deuxième et déçu…

La déception était très grande, dimanche en fin d’après-midi, au sommet du Col de l’Ospedale. Cadenassé par l’équipe Ag2r-La Mondiale, Thibaut Pinot a pris la deuxième place du Critérium International en dépit de son excellent contre la montre, samedi, à Porto-Vecchio (4e). Le leader de l’équipe FDJ a fait face et a assumé ses responsabilités.

A vrai dire, dimanche matin tout le monde désignait Thibaut en vainqueur tant il avait fait forte impression dans le chrono, repoussant par exemple Jean-Christophe Péraud, vainqueur l’an dernier, à 12 secondes.

La première partie de la troisième étape s’est déroulée comme prévue, avec une échappée de cinq coureurs, contrôlée par l’équipe Cannondale-Garmin du maillot jaune Ben King à qui Anthony Geslin est venu prêter main forte. Dès les premières rampes de l’Ospedale, le Trèfle a pris les commandes du peloton avec Arnaud Courteille, Francis Mourey, Jérémy Roy, Steve Morabito et Thibaut.

Jérémy a pris un relais un peu fort avant de laisser Steve Morabito imposer un tempo élevé, fatal à King et à bon nombre de coureurs. C’est peut-être son unique erreur, Thibaut n’a pas été patient en attaquant à 7,5 kilomètres du sommet. Il a été suivi des seuls Vuillermoz (Ag2r-La Mondiale), Edet (Cofidis), Arrendondo (Trek Factory) et Fedrigo (Bretagne-Séché Environnement) avant qu’un peloton d’une vingtaine de coureurs ne se reforme. Jean-Christophe Péraud a contré et s’est doté d’un avantage conséquent, 35 secondes au panneau des 4 kilomètres.

Thibaut a de nouveau attaqué quand la pente le lui a permis, à 1,8 kilomètre de l’arrivée, accompagné du seul Fedrigo, mais à l’arrivée, avec son retard de 16 secondes auquel il fallait ajouter six secondes de bonification, il lui a manqué 10 secondes pour inscrire son nom au palmarès de l’épreuve.

« Je suis déçu mais on est tombé sur une équipe Ag2r-La Mondiale plus forte que nous. Sans doute ai-je attaqué un peu tôt mais c’est tout moi : je n’arrive pas à me canaliser. Il va falloir travailler là-dessus aussi, mais je voyais que des coureurs comme Felline et Jungels étaient encore là, il fallait bouger. Il fallait durcir la course. J’avais peur que les autres me regardent et que ça n’aille pas assez vite. Après, si je rentrais trop vite sur Péraud en me mettant dans le rouge, j’aurais été contré par Vuillermoz (Ag2r-La Mondiale). C’aurait été chacun son tour… Je n’étais pas non plus dans une grande journée comme à Tirreno-Adriatico ou hier dans le chrono. »

Thibaut a pris la troisième place de l’étape, la deuxième au classement général. Heureusement, le Tour du Pays-Basque va rapidement lui permettre d’effacer cette déception.