Sans la pluie, ç’aurait été mieux !

Dans le cyclisme, le petit soupçon de chance compte toujours. Disputer un contre la montre sous la pluie sur les routes tortueuses du Pays-Basque relève du funambulisme. David Gaudu et Rudy Molard l’ont appris à leur dépens quand certaines de leurs adversaires ont eu la chance de courir sur une route sèche. Les deux leaders de l’équipe Groupama-FDJ ont concédé respectivement 1’12’’ et 51 secondes.

« On peut le dire, dit Franck Pineau, le résultat de cette étape a été ‘’pipé’’ par la météo, Ce contre la montre proposait trois kilomètres tout plats avant une descente en lacets puis une côte très dure et une nouvelle descente avec quatre épingles à cheveux. Sur la route mouillée, David a pris ces virages à l’arrêt quand d’autres les ont pris à bonne vitesse. Pareil pour Rudy Molard. Au minimum, ça leur a coûté de 30 à 45 secondes. En plus, David n’était pas très content de lui. En revanche, pour sa reprise, lui qui n’a pas couru depuis Paris-Nice qu’il avait fini à la septième place, Rudy n’est pas mal du tout et sur le sec il aurait été top ! On ne va quand même pas s’appesantir sur ce chrono, la semaine est longue et on a de belles choses à faire. »

Lundi, la première étape est atypique avec six chemins de terre comme on en trouve dans le Tro Bro Léon ou les Strade Bianche.

« Sur les deux prochaines journées, poursuit le directeur sportif de l’équipe Groupama-FDJ, les arrivées sont taillées pour des puncheurs et nous allons donc travailler pour Valentin Madouas. Après, on sera offensif pour jouer les étapes tandis que les deux dernières étapes, vendredi et samedi, sont très difficiles ! En plus de David, Rudy et Valentin, nous avons Bruno Armirail, Léo Vincent et Romain Seigle qui sont en forme et vont nous faire du bon boulot. Nous allons aussi faire au mieux auprès d’Anthony Roux qui souffre des sinus. »