Rudy Molard signe un top 10

Bis repetita, les coureurs engagés sur le Tour du Pays Basque ont produit le même scénario que la veille avec un sprint, cette fois gagné par Albasini (Orica-Scott), concluant une journée lancinante. Rudy Molard a pris la huitième place avant que le parcours, demain, corresponde mieux à ses qualités.

« On savait que ça risquait de se passer comme ça, dit Jussi Veikkanen. Bon, ce matin il y avait un peu de vent en région de Rioja, dans les vignobles, et j’ai imaginé qu’il y aurait plus d’action. Nous étions vigilants. Deux coureurs, Maté (Cofidis) et Fabrizio Ferrari (Caja Rural) ont attaqué après un kilomètre. Ils ont été rejoints sur la fin.  »

« Demain […] je pense qu’il y aura beaucoup d’attaques parce que les mecs en ont marre d’être tranquilles » J.Veikkanen

Le sprint était donc une nouvelle fois à l’ordre du jour. Dans le sillage de Benoît Vaugrenard, l’équipe FDJ s’est positionnée en tête de peloton à 2,5 kilomètres de l’arrivée qui était jugée dans un faux-plat descendant.

« Ça roulait très vite, poursuit le directeur sportif de l’équipe FDJ, et nous voulions placer Anthony Roux. Il y a eu une vague sous la flamme rouge, Anthony a été un peu débordé et a subi un saut de chaine. Rudy Molard est resté dans l’inspiration, a continué son effort et a fini 8e. C’était un sprint très spécial, on a eu peur de la chute en raison d’un rétrécissement à 300 mètres de la ligne mais tout s’est bien passé. Demain on commence le vrai Tour du pays Basque avec six cols et une arrivée à Saint-Sébastien. Je pense qu’il y aura beaucoup d’attaques parce que les mecs en ont marre d’être tranquilles. »

Par Gilles Le Roc’h