Quel chrono du Trèfle !

La deuxième journée du Circuit de la Sarthe proposait deux étapes et toute l’équipe FDJ était plutôt satisfaite mercredi soir à la veille de l’étape reine qui se déroulera sur le Mont des Avaloirs.

Un bilan satisfaisant certes mais la deuxième étape, mercredi matin, a été très frustrante pour Lorrenzo Manzin. Le jeune sprinteur du Trèfle n’a pas souvent l’occasion de jouer sa carte et toute l’équipe s’est mise à son service après que deux échappés, Godon (Cofidis) et Orjuela (Manzana Postobon) aient été reprises. Hélas, se loupant dans un virage, Lorrenzo est tombé à 6,5 kilomètres de l’arrivée.

Démonstration de force de deux équipes, Movistar et FDJ

« Il était en tête de peloton, explique Yvon Madiot, il s’est relevé tout de suite et a pris les dernières roues du paquet. Il a fait plusieurs sprints pour se replacer mais n’a pas pu sprinter pour la gagne. Il termine 11e et très déçu.  »

Le Trèfle place un quatrième coureur dans le Top 10

Le contre la montre de l’après-midi (7 kilomètres dans les rues d’Angers) s’est en revanche très bien passé avec une démonstration de force de deux équipes, Movistar et FDJ. Dowsett a gagné l’étape avec huit secondes d’avance sur son équipier Castroviejo, dix secondes sur Arthur Vichot. Bennati finit quatrième devant Johan Le Bon et Marc Fournier tandis que le Trèfle place un quatrième coureur dans le Top 10 avec Ignatas Konovalovas (9e).

« Ce contre la montre s’est passé bien mieux que ce qu’on imaginait, dit Yvon Madiot. Dowsett était intouchable et en a profité pour prendre le maillot de leader mais Arthur a fait l’essentiel en faisant jeu égal avec Castroviejo. Cela montre qu’il est frais, physiquement bien, bien dans sa tête. Il sait ce qu’il veut. Il n’a pas fait Paris-Nice et c’est un bien parce qu’il a beaucoup plus de fraîcheur que l’an dernier à cette époque.

Le classement général devient jouable pour lui avec cette étape du Mont des Avaloirs qu’il faudra escalader six fois. Ce sera sans doute un peu dur pour Dowsett et Castroviejo ne devrait pas y être supérieur à Arthur qui a 2 secondes de retard sur l’Anglais et 6 secondes d’avance sur l’Espagnol.  »

Par Gilles Le Roc’h