Pas de regrets pour Romain Seigle

C’était au tour de Romain Seigle de prendre l’échappée du jour dans une très difficile étape de montagne comportant trois cols, le Puerto de San Lorenzo, la Cobertoria et pour finir la très longue ascension de la Cubilla. Au sommet, le coureur de Groupama-FDJ a pris une belle onzième place tandis que Kilian Frankiny, à la veille d’une journée de repos, conserve sa dix-neuvième place au classement général.

« Il y a eu une grosse bataille avant que ça sorte, explique Romain, et finalement je me suis retrouvé dans un groupe de quatre quelques kilomètres avant la première ascension. J’étais avec Padun (Bahrain-Merida), Cavagna et Knox (Deceuninck-Quick Step) mais on a su très vite qu’il y avait un gros groupe en poursuite et on l’a attendu. Après, ça a roulé à bloc jusqu’à la fin. Dans ce groupe il y avait des champions comme Fuglsang (Astana) qui l’a emporté, Gilbert (Deceuninck-Quick Step) ou De Gendt (Lotto-Soudal) mais surtout la dernière ascension, près de vingt kilomètres, était trop longue pour moi. Je suis content, j’ai fait une belle étape et je suis certain que le jour de repos va faire du bien. »

«  Il s‘est bien battu et a fait le maximum de ce qu’il pouvait faire » F. Pineau

Les hommes forts de la Vuelta se sont expliqué dans la Cubilla, cette fois au désavantage de l’équipe Movistar mais Kilian Frankiny a été égal à lui-même et a maintenu son classement général.

« Aujourd’hui j’aurais bien aimé que Kilian soit devant, regrette Franck Pineau, il aurait eu un super coup à jouer, comme Fuglsang qui a gagné sept places au général. Sinon, Romain Seigle était devant et a fait en sorte que l’équipe Groupama-FDJ soit encore dans le match. Il s‘est bien battu et a fait le maximum de ce qu’il pouvait faire mais le dernier col était un peu long. Il est allé chercher une belle place au terme d’une journée éprouvante. »