Marc Sarreau ne s’est pas accroché

Au lendemain du contre la montre inaugural que l’équipe Groupama-FDJ avait fini à la huitième place, la Vuelta a connu sa première passe d’armes dans la deuxième étape gagnée par Quintana (Movistar). Les principaux favoris de l’épreuve se sont dégagés dans la dernière difficulté du jour et ont relégué tout le reste du peloton à près de deux minutes ou plus. Kilian Frankiny et Bruno Armirail ont fini dans le deuxième groupe

« C’était la première grosse bagarre de cette Vuelta, confirme Thierry Bricaud, mais l’étape était propice, c’était difficile toute la journée et ça a fini par dégoupiller. Bruno et Kilian ont fini dans le deuxième groupe d’une quarantaine de coureurs. Pour Kilian qui dispute son premier Grand Tour avec nous, l’idée est qu’il reste au contact le plus longtemps possible auprès des costauds mais surtout qu’il fasse de belles étapes de montagne. Jouer avec les meilleurs, ce sera  difficile mais par des échappées, il peut avoir de belles opportunités.

Aujourd’hui Marc Sarreau n’était pas bien en début d’étape en raison de la  chaleur mais on avait décidé qu’il ne s’accroche pas. Aucun sprinteur n’est passé ! Cette année encore, notre sprinteur a pris du volume mais il doit le  confirmer en World Tour, c’est son objectif et compte tenu de tout son travail, il mériterait de trouver l’ouverture. Il a de l’envie.

« Demain, justement, c’est sprint. Il y en aura cinq ou six tout au long de ce Tour d’Espagne mais on n’avait pas compté celle qui s‘est jouée aujourd’hui à Calpe. Les équipiers de Marc ont eu chaud aujourd’hui, comme tout le monde mais une première étape en ligne, qui plus est après un contre la montre par équipes, ne n’est pas évident. »