L’équipe FDJ a changé de plan de jeu

Au lendemain d’un sprint tumultueux de nouveau gagné à Ardooie par Peter Sagan (Bora-Hansgrohe) et dans lequel Arnaud Démare a de nouveau été enfermé, l’équipe FDJ a changé son fusil d’épaule dans la quatrième étape, déléguant à Marc Sarreau les pleins pouvoirs. Sous la pluie, il a pris la huitième place à Lanaken.

« Mercredi, dit Martial Gayant, il a fait beau toute la journée mais à l’entame du dernier tour de circuit, le ciel s’est subitement couvert et il y a eu une forte averse. Le sprint a donc été assez dangereux et Arnaud a pris deux vagues qui l’ont contraint à ne pas défendre ses chances. »

Le soir après une discussion des directeurs sportifs et puisqu’il s’agit pour Arnaud Démare d’une course de reprise, il a été décidé de le laisser peaufiner sa condition physique en vue de la fin de saison et Marc Sarreau a donc été désigné pour disputer le sprint massif prévu au terme d’une journée sans difficulté.

« Ce fut la pire des journées de la semaine, explique Frédéric Guesdon, il y a eu de la pluie quasiment tout le temps, sur un circuit technique. C’était fait pour les spécialistes et c’est un Flandrien, Theuns (Trek-Segafredo) qui l’a emporté. Arnaud n’est pas au top c’est logique, les conditions météo ne l’ont pas aidé après sa coupure mais il n’y rien d’alarmant. En revanche, Marc Sarreau est en forme. Il finit huitième, aidé par Matthieu Ladagnous. Les autres ont encore des petits réglages à trouver. Jacopo a une douleur au genou, Mika Delage aussi. Le terrain n’était pas fait pour Benoît Vaugrenard et Jérémy Roy. Léo Vincent marche bien mais ce n’était pas pour lui. »

« Il ne faudra pas trainer derrière et courir devant… » Martial Gayant.

« Demain, poursuit le directeur sportif du Trèfle, dans une étape wallonne, nous n’avons pas beaucoup de cartes pour jouer, seulement Léo qui est bien, Benoît qui se connaît parfaitement et le tout terrain Matthieu Ladagnous. Sur la route de Houffalize, ce sera un circuit technique avec des monts non goudronnés. Il y a deux ans, au départ de la même étape on n’y croyait pas mais on avait gagné avec Johan Le Bon. C’est moins dur que l’étape du Tour de Wallonie où Odd Eiking avait pris la troisième place fin juillet mais il ne faudra pas trainer derrière et courir devant… »