Kévin Reza solide 4e de la première étape

Kevin Reza a confirmé, dans la première étape du Tour du Pays-Basque, l’impression laissée il y a deux semaines dans le Tour de Catalogne : doté d’une excellente condition physique, il peut désormais engranger les bons résultats. Il a pris la quatrième place de la première place du Tour du Pays-Basque malheureusement ternie par la blessure sérieuse de Pierre-Henri Lecuisinier.

Cette étape, proposant la double ascension de l’Alto de Vivero dans le final, a été animée par l’échappée de trois coureurs, Turgis (Cofidis), Bulgac (LottoNL-Jumbo) et Fraile (Caja Rural), ce dernier résistant jusqu’à 17 kilomètres de l’arrivée.

« Jusqu’à la dernière difficulté, dit Yvon Madiot, il n’y a pas eu de course et dans le final, en revanche, ça roulait extrêmement vite. Il faut dire que le final était beaucoup trop dangereux, avec une grande descente plongeant sur Bilbao. Les coureurs étaient à 100 km/h. Je me demande ce que veulent les organisateurs avant d’arrêter ça, un mort ? »

Une cinquantaine de coureurs se sont présentés dans la dernière ligne droite et la FDJ y comptait Thibaut Pinot, Kenny Elissonde et Thibaut Pinot.

« Thibaut n’était pas dans un grand jour, poursuit Yvon, mais il m’a dit que c’était toujours comme ça dans la première étape du Tour du Pays-Basque. Kenny marche bien et Kevin a fait un beau final même s’il a été gêné dans la dernière courbe. Sinon, il pense qu’il aurait fini sur le podium mais il n’aurait pas battu Michael Matthews (Orica-Greenedge). Sinon, les équipiers ont bien travaillé. »

Malheureusement, cette journée a été marquée par la chute de Pierre-Henri Le Cuisinier à plus de 60 kilomètres de l’arrivée qui l’a contraint à l’abandon.

« Pierre-Henri a réussi à reprendre la route, explique Yvon Madiot, et Thierry Bricaud s’en est occupé. Il ne pouvait plus tenir son guidon et donc quitté la course. J’ai bien peur qu’il se soit cassé le coude… C’est vraiment la poisse parce qu’il marche bien et aujourd’hui il a fait parfaitement son travail auprès de Thibaut. »

L’inquiétude d’Yvon Madiot était fondée, car les examens ont révélé une fracture du coude gauche. Immédiatement plâtré, Pierre-Henri devra se faire opéré de retour en France.