C’était jour de reprise pour Ignatas Konovalovas

Le Néerlandais Jacobsen (Quick Step Floors) s’est imposé dans la première étape du Binkbank Tour (Tour du Bénélux) marquée par les orages et les chutes. Dans un contexte apaisé, l’équipe Groupama-FDJ a pris ses marques avec ses jeunes coureurs encadrés par Matthieu Ladagnous.

« Pour nous, explique Martial Gayant, l’étape s’est bien passée en dépit des orages. Il y a eu pas mal des chutes, nous sommes passés à travers. Nous sommes aux Pays-Bas mais cette étape s’est déroulée sur des routes convenables. Heureusement.  »

Dans cette première étape, Martial Gayant et Sébastien Joly ont tenu compte de l’état de leurs troupes. Après des ennuis de santé, Ignatas Konovalovas effectuait son retour à la compétition depuis Paris-Roubaix tandis que Davide Cimolaï et Tobias Ludvigsson sont arrivés très tard dimanche du Championnat d’Europe qui s’était déroulé à Glasgow (Ecosse).

Remettre tout le monde dans le rythme !

« Pour Kono qui a enfin obtenu le feu vert de notre médecin Jacky Maillot, cela s’est bien passé, il a été distancé dans le dernier tour de circuit. Davide Cimolaï qui a pris la cinquième place du championnat européen en faisant très grosse impression et Tobias Ludvigsson se sont couchés à 1 heure de matin. Ils se sont levés à 10 heures mais on ne pouvait pas trop compter sur ces trois coureurs aujourd’hui. Dans ces conditions, Daniel Hoelgaard voulait faire son sprint. Il a pris le train de l’équipe Roompot mais s’est fait déborder. Tout seul, ce n’est pas évident face à des équipes super bien organisées. Dans ce sprint, il y a eu une chute qui a envoyé un coureur de Katusha-Alpecin à l’hôpital. Valentin Madouas est passé de justesse… »

Demain, la deuxième étape est un contre la montre de 13 kilomètres sur des routes planes où il sera inutile de freiner au sud d’Eindhoven. La chance de l’équipe Groupama-FDJ sera Tobias Ludvigsson, à condition d’avoir de bonnes sensations qu’il peine à retrouver après le Tour de France qu’il a fini très fatigué.

Pas encore un terrain à la convenance des puncheurs.

« Les deux jours suivants, poursuit Martial, on va laisser passer les sprints en essayant d’aider au mieux Daniel qui peut aller chercher un beau résultat. À partir de vendredi, nous trouverons des tracés qui conviendront bien à Valentin Madouas et Romain Seigle. Ils vont pouvoir tenter des coups même si ce ne sera pas facile sur le parcours de l’Amstel Gold Race puis un autre dans les Flandres. Ici nous n’avons pas de leader, ils auront l’occasion de s’affirmer avec l’aide de Matthieu Ladaganous notre capitaine de route qui connaît bien cette course. Sans oublier Davide Cimolaï qui doit être aussi fort que ce qu’il a montré en Ecosse !  »