Abonné au chiffre 9…

La troisième étape du Binck Bank Tour s‘est achevée par un sprint massif et pour la troisième fois le champion d’Irlande Sam Bennett (Bora-Hangrohe) a levé les bras. Comme la veille à Ardooie, Arnaud Démare a pris la neuvième place.

Il est évident que le sprinteur de l’équipe Groupama-FDJ a été gêné dans le dernier virage par Sep Vanmarcke (Education First-Drapac) victime d’un saut de chaine et contraint de s’arrêter net. Arnaud était derrière lui et a été contraint de freiner. Devant lui Bennett, Groenewegen (Jumbo-Visma) et Philipsen (UAE-Team Emirates) s’apprêtaient déjà à en découvre pour la victoire, suivis à quelques mètres de quatre coureurs coureurs. Déjà, Arnaud était en neuvième position.

« Oui Van Marcke l’a gêné dans le dernier virage, convient Frédéric Guesdon, mais de toute façon Arnaud était déjà trop loin. Pourtant, il a fait l’effort de rester bien placé toute la journée, on pensait que le secteur pavé à passer trois fois serait plus sélectif mais le vent était mal tourné. Je dois dire aussi que nous avons eu un peu la poisse. Stefan Küng a été victime d’une crevaison et Olivier Le Gac l’a dépanné avant d’être contraint à une poursuite qui lui est forcément restée dans les jambes. Puis Kevin Geniets a crevé à son tour à 20 kilomètres de l’arrivée et il perdu plus de deux minutes. Dans ces courses, tout le monde est physiquement au top, le moindre petit pépin, tu le payes ! A trois kilomètres de l’arrivée, Arnaud a un peu reculé, il est resté coincé et alors, tu as peu de chances de remonter ! » La course par étapes belge change de physionomie jeudi en proposant une boucle de 32 kilomètres et la côte de Saint-Roch à couvrir trois fois. Valentin Madouas en a des fourmis dans les jambes…