Actualités

toutes les actualités

La nouvelle échappée de Rudy Molard et Arthur Vichot

le 19 juil. 2018 - Tour de France, Etape 11, Albertville – La Rosière (108,5 km)
Les coureurs du Tour de France se souviendront de cette onzième étape, très courte mais ô combien difficile ! Elle a donné lieu à la première grosse explication entre les favoris aboutissant à la victoire de Geraint Thomas (Team Sky), après l’échappée d’une trentaine de coureurs comprenant notamment Arthur Vichot et Rudy Molard.

 

« La consigne était de mettre des coureurs de l’équipe Groupama-FDJ à l’avant, explique Frédéric Guesdon. Une nouvelle fois Rudy et Arthur ont fait partie de l’échappée mais ils sont tombés sur des grimpeurs plus forts, à l’image de Warren Barguil (Fortuneo-Samsic) ou Nieve (Mitchelton-Scott), le dernier repris. Ils se sont toutefois bien battus et ont fait une belle étape, restant au contact des meilleurs jusqu’à l’arrivée. Maintenant que le break est fait en tête de classement général, je pense que les échappées auront de meilleures chances d’aller au bout mais il faudra batailler chaque jour avec de très bons grimpeurs distancés au classement général et en quête de rachat. »

 

La très difficile Montée de Bisanne a fait la sélection en début de course et a scindé le groupe de tête mais dans la descente, Arthur et Rudy conservaient leurs chances intactes. La course s’est emballée dans le col du Pré, plus encore dans le Cormet de Roselend mais les deux puncheurs de l’équipe Groupama-FDJ ne se sont pas désunis.

« Avec Rudy on s’est fait plaisir. » A.Vichot

 

« On a fait 108 kilomètres à bloc, au final nous sommes tous ratatinés, dit Arthur. Ça allait vite mais on s’attendait à une course comme ça avec le Team Sky pour qui c’est facile de contrôler. Avec Rudy on s’est fait plaisir. Notre but est d’aller de l’avant dans les étapes de montagne et on va essayer d’y retourner demain. »

 

A l’arrière, David Gaudu a été victime d’une chute dans une descente et a fini l’étape en compagnie de Tobias Ludvigsson. Pour Arnaud Démare, Jacopo Guarnieri, Olivier Le Gac et Ramon Sinkeldam, ça n’a pas été simple mais l’objectif a été atteint : ils ont fini dans les délais !
 

« Soutenu par ses équipiers, Arnaud fini dans un bon gruppetto » Y.Madiot

 

« Ce n’était pas évident, assure Yvon, parce que les délais étaient fixés à un peu plus de 31 minutes. Ils ont su conserver un matelas de quatre minutes quand d’autres tels que Cavendish (Dimension Data) ou Kittel (Katusha-Alpecin) n’ont pu y parvenir et doivent rentrer à la maison. Arnaud Démare a été distancé dans le premier col mais il ne s’est pas affolé. Soutenu par ses équipiers, il était revenu tout près du peloton au pied de la deuxième ascension avant de finir dans un bon gruppetto en leur compagnie. »

 

Les coureurs du Tour ont souffert lors des deux derniers jours mais la plus difficile alpestre sera disputée jeudi avec au programme les cols de La Madeleine et de La Croix de Fer, tout deux culminant à 2.000 mètres d’altitude, avant la montée finale vers l’Alpe d’Huez où tout le monde aura une pensée pour Thibaut Pinot, le dernier vainqueur de la station de l’Oisans.

 

 

 

Par Gilles Le Roc'h

Vos commentaires