Actualités

toutes les actualités

Arnaud Démare, à quelques mètres près !

le 05 oct. 2018 - Binche Chimay Binche, BINCHE-CHIMAY-BINCHE
Avec la semi-classique belge Binche-Chimay-Binche, l’équipe Groupama-FDJ et le groupe Arnaud Démare sont entrés dans leur dernière ligne droite de la saison avec Paris-Tours, en point d’orgue dimanche. Très actif au cours de la dernière heure, Arnaud a souffert d’une petite panne de jambes dans le dernier kilomètre mais s’est rassuré sur son état de forme.

 

Il pleuvait, il faisait froid, pas de doute il s’agissait d’une course belge de fin de saison. Pour autant, les coureurs n’ont pas traîné et ont offert un bon spectacle. Pour tous les prétendants à Paris-Tours, il était urgent de produire des efforts.

 

Arnaud Démare, très actif dans la dernière heure de course !

 

« Il y a eu d’abord pas mal de tentatives d’échappées, explique Frédéric Guesdon. Après 50 kilomètres, six coureurs ont réussi à faire le break mais ils ont été repris à près de 70 kilomètres de l’arrivée. Un autre groupe a alors pris sa chance avant un coup sérieux à 30 kilomètres du but. Il y avait là, notamment, Arnaud Démare, Dupont (Wanty-Groupe Gobert), Laporte (Cofidis), Lampaert et Stybar (Quick Step Floors). Dans le dernier tour, ce dernier est sorti tout seul et la poursuite ne s’est pas vraiment organisée, personne ne voulant rouler avec Arnaud. Le peloton conduit par les formations LottoNL-Jumbo et Roompot a repris ce groupe à 10, 12 kilomètres de l’arrivée, Arnaud a retrouvé Ramon Sinkeldam. Stybar a été repris à la flamme rouge. Dans les derniers hectomètres, il y avait un petit mont pavé, Danny Van Poppel en a profité pour attaquer et construire sa victoire. Arnaud était bien placé mais il a eu subitement un petit mal de pattes.

 

Une bonne forme avant Paris-Tours.

 

Avant Paris-Tours, ses sensations sont bonnes et c’est de bon augure, même s’il faudra affronter un nouveau parcours. Je ne pense pas que dimanche nous verrons un sprint sans qu’il y ait de mouvements avant. Arnaud n’a pas beaucoup couru depuis trois semaines, un jour ou deux de plus ne lui aurait pas fait de mal mais il est bien. C’est vrai aussi pour Olivier Le Gac bien remis de sa chute de la semaine passée, pour Ramon Sinkeldam et Benoît Vaugrenard. Ce fut un peu plus dur pour Mickaël Delage qui a souffert d’une gastro-entérite durant le week-end mais il a fait son travail. Nous avons une petite contrariété avec Jacopo Guarnieri qui a été contraint à l’abandon en raison d’une douleur au genou. »

 

Vos commentaires