« Une excellente nouvelle »

Au terme d’une réunion organisée ce mercredi 15 avril par l’Union Cycliste Internationale, Amaury Sport Organisation a officialisé le report du Tour de France à de nouvelles dates. Pour la première fois depuis la deuxième Guerre Mondiale, il n’y aura donc pas de Grande Boucle en juillet et l’épreuve se déroulera du 29 août au 20 septembre. La tenue du Tour à son emplacement initial n’apparaissait plus concevable après l’allocution du Président Emmanuel Macron lundi 13 avril, annonçant l’interdiction de grands rassemblements « au moins » jusqu’à mi-juillet. Outre le Tour de France, l’UCI en a profité pour confirmer un réaménagement du calendrier cycliste pour la deuxième partie de saison, qui devra ainsi inclure les deux autres Grands Tours (Giro et Vuelta) ainsi que les cinq Monuments. Une première version de ce calendrier concentré devrait être livrée dans les prochaines semaines.

« Un soulagement », David Gaudu

En attendant, les coureurs de l’Équipe cycliste Groupama-FDJ peuvent se réjouir des premières perspectives annoncées, en témoignent Rudy Molard et David Gaudu, notamment vis-à-vis du Tour de France. « C’est une excellente nouvelle, qui redonne bien le moral, s’enthousiasme Rudy. C’est aussi un signal positif pour tous les Français et un message d’espoir pour le monde entier. D’un point de vue personnel, c’est sans doute la seule fois de ma vie que je pourrai fêter mon anniversaire pendant une étape du Tour. Il faudra que j’en profite ». « C’est une bonne nouvelle que l’on puisse faire le Tour de France, c’est la vitrine de notre saison, complète David. C’est un soulagement mais il démarrera deux mois plus tard que prévu, et il va falloir s’accrocher jusque là ».

Plus de quatre mois séparent les coureurs du départ à Nice, et il n’est pas encore temps de s’affoler. « Ça ne change pas grand chose pour l’entraînement actuel, on va continuer à faire des exercices sur home trainer, expose David. Fin août, c’est encore très loin mais ça va arriver vite en même temps. Il faudra préparer tout ça avec l’équipe et les entraîneurs ». « Dans l’immédiat, l’entraînement ne va pas être bousculé, abonde Rudy, qui espère surtout pouvoir retrouver ses routes d’entraînement dans un mois. On fait un sport qui peut se pratiquer en respectant les gestes barrières et les consignes sanitaires. J’espère donc qu’on pourra ressortir le 11 mai. Il le faudra si on veut avoir des Français à 100% sur le Tour. On a désormais un cap et on va pouvoir poser les bases de la préparation afin d’arriver en pleine forme au mois d’août. Mentalement, ça fait une énorme différence ».

« N’oublions pas le reste », Marc Madiot

Le manager de l’équipe, Marc Madiot, s’est lui aussi satisfait des dernières annonces, mais il n’a pas manqué de soulever quelques craintes. « D’un point de vue sanitaire, je pense qu’ASO a essayé de minimiser les risques en se plaçant le plus loin possible du déconfinement, pour être sûr de réussir son coup. Ça va aussi permettre de placer des courses préparatoires […] Le Tour oui, mais pas que. Je suis inquiet pour les équipes, pour les organisateurs. Les grandes courses et les grandes équipes vont s’en sortir sans trop de dommages, mais on a besoin du reste. La pyramide, il faut la préserver à tous les étages, sinon tout peut sombrer. C’est une bonne nouvelle que la Grande Boucle soit maintenue, car c’est la clé de voûte, mais n’oublions pas le reste, sinon, on va dans le mur ».