Une bonne chose de faite…

La quatrième étape du Tour de France était promise à un sprinteur et c’est dire si l’équipe Groupama-FDJ n’avait rien à espérer de ce parcours entre Reims et Nancy ! Le vent, soufflant en permanence de côté, a rendu la course nerveuse et c’est avec soulagement que Thibaut Pinot et ses équipiers ont franchi la ligne d’arrivée.

Dès le départ, Schär (CCC Team), Backaert et Offredo (Wanty-Groupe Gobert) se sont échappés mais le peloton ne leur a laissé aucune marge de manœuvre. Dans le final, Calmejane (Total-direct Energie) a attaqué mais il n’y avait finalement rien à faire pour éviter le déboulé victorieux de Viviani (Deceuninck-Quick Step). Pour sa part et comme la veille sur la route d’Epernay, Thibaut Pinot a été retardé par une crevaison à 34 kilomètres de l’arrivée mais avec l’aide de Stefan Küng, tout est rapidement et calmement rentré dans l’ordre.

« Le final était vraiment très nerveux et ça frottait beaucoup » Y. Madiot

« Cela aurait pu être une journée assez calme, dit Yvon Madiot, mais en réalité ça a été tendu toute la journée en raison d’un vent de côté soufflant en permanence, Il fallait être sans cesse vigilants ! Le final était vraiment très nerveux et ça frottait beaucoup. Les gars ont fait l’effort de rester placés mais une fois passé le panneau des trois kilomètres, ils ont reculé et sont restés dans une zone plus calme. Sébastien Reichenbach a fini à un peu moins de deux minutes mais nous le préservons et lui conseillons dans ces étapes de se relever et de s’économiser. Vraiment, cette journée a été longue. Et usante. »

«  Matthieu Ladagnous est toujours souffrant« 

Changement de topographie mercredi avec la cinquième étape reliant Saint-Dié à Colmar et passant par des ascensions de deuxième et troisième catégorie, la côte des Cinq Châteaux, en dernier lieu, se situe à vingt kilomètres de l’arrivée.

« Demain c’est dur, poursuit le directeur sportif de l’équipe Groupama-FDJ. Il y a de bons petits cols, un bon groupe peut jouer la gagne mais ça peut être aussi une échappée dans laquelle nous ne figurerons pas à la veille de la première étape de montagne à La Planche des Belles Filles. Matthieu Ladagnous est toujours souffrant, on craignait beaucoup cette étape pour lui, 48 heures après sa chute. Maintenant, ça devrait s’arranger progressivement… »