Thibaut Pinot grappille quelques secondes

Thibaut Pinot a fait une bonne opération à l’arrivée de la troisième étape du Tour de France dont le final compliqué a permis à Alaphilippe de lever les bras et de se parer de jaune. Dixième, le leader de l’équipe Groupama-FDJ a pris cinq secondes à la plupart de ses rivaux et occupe, à Epernay, la douzième place du classement général.

Cette étape, comme convenu, a été marquée par l’échappée de cinq coureurs, Offredo (Wanty-Groupe Gobert), Delaplace (Arkéa-Samsic), Ourselin (Total-Direct Energie), Rossetto (Cofidis) et Wellens (Lotto-Soudal). Le puncheur Belge a été le dernier repris au sommet de la côte de Mutigny tandis que le peloton était déjà fortement démuni.

« Oui, c’était une bonne journée, il n’y a pas de temps perdu, au contraire il prend même cinq secondes » T. Bricaud

« Cette étape s’est déroulée selon le scénario espéré, dit Thierry Bricaud. Le final était compliqué et nous savions qu’il fallait bien gérer. Ça fait partie des étapes piégeuses, ça s’est bien passé. La crevaison de Thibaut Pinot à 55 kilomètres de l’arrivée ne l’a pas gêné. Avec William Bonnet pour remonter et reprendre sa place en tête de peloton, Thibaut est resté serein. C’était même une bonne répétition pour les jours où il y aura la pression. Aujourd’hui, on avait demandé aux rouleurs d’effectuer le travail jusqu’aux côtes du final et puis les grimpeurs ont pris le relais autour de leur leader. Pour finir, il prend la 10e place et profite d’une petite cassure. Oui, c’était une bonne journée, il n’y a pas de temps perdu, au contraire il prend même cinq secondes sur tous ses rivaux hormis sur Bernal (Team Ineos). C’est un bon début de Tour, Thibaut est douzième, il est dans une bonne dynamique. »

« Demain, c’est une étape de sprinteurs mais ce sera de nouveau piégeux »

La dynamique en question concerne bien évidemment ses équipiers et tout le staff de Groupama-FDJ. En dépit des chutes subies à Bruxelles pendant le contre la montre par équipes, la journée n’a pas été trop pénible pour David Gaudu et Matthieu Ladagnous.

« En dépit de sa blessure à la main, poursuit Thierry, David a été plutôt bien et finit dans le paquet avec Thibaut, Rudy Molard et Sébastien Reichenbach. En revanche, Matthieu est endolori, il a mal partout, sans doute un peu plus à un genou. On va bien s’occuper de lui. Demain, c’est une étape de sprinteurs mais ce sera de nouveau piégeux avec un vent porteur mais comme toujours, on sera vigilant ! »