Thibaut Pinot et David Gaudu dans le top 10 en attendant le Ventoux

Sans être dans un grand jour, les grimpeurs de l’Équipe cycliste Groupama-FDJ ont assuré le principal, ce vendredi, lors de la deuxième étape du Tour de la Provence. Au sommet de la Route des Crêtes, Thibaut Pinot (7e), David Gaudu (10e) et Rudy Molard (20e) ont ainsi terminé au sein du groupe des favoris, dont seul Aleksandr Vlasov (Astana) a su s’extirper pour l’emporter. Tout reste donc à faire sur les pentes du Mont Ventoux ce samedi.

Ce deuxième acte du Tour de la Provence avait des allures de Grand Prix la Marseillaise. Non seulement se concluait-il sur les pentes de la route des Crêtes mais il débutait aussi avec le col de l’Espigoulier, deux ascensions désormais inscrites au parcours de la première manche de la Coupe de France FDJ. Une bonne mise en bouche, donc, qui nécessitait forcément quelques tours de roue sur home-trainer avant le départ. Pour autant, la bagarre pour l’échappée a tourné court et Jonas Koch (CCC Team), Victor Lafay (Cofidis) et Cyril Barthe (B&B Hôtels-Vital Concept) ont pu prendre les rênes sans qu’on leur oppose trop de résistance.

« L’important était de limiter la casse et Thibaut l’a bien fait » Philippe Mauduit

Relativement flexible en début de course, le peloton a ensuite progressivement mis en marche pour aller chercher les fuyards au sommet de la côte du Brûlat, avant-dernière difficulté du jour. Moment aussi où l’équipe Groupama-FDJ a fait son apparition aux avant-postes. « On a adopté une stratégie un peu différente aujourd’hui, expliquait Philippe Mauduit. On savait au départ de l’étape que nos coureurs n’étaient pas dans un grand jour, on n’allait donc pas les envoyer au charbon toute la journée s’épuiser plus que de raison. Compte tenu du résultat à l’arrivée, je pense qu’on a bien fait ». Remontés dans le bon timing par leurs coéquipiers rouleurs à l’approche de l’ascension finale de la route des Crêtes, Thibaut Pinot, David Gaudu et Rudy Molard ont donc su garder leur position parmi les favoris alors qu’Aleksandr Vlasov (Astana) s’en allait seul fausser compagnie à la concurrence.

« Il était au-dessus du lot, saluait Philippe. Il a immédiatement réussi à creuser. Il y a certes eu un petit jeu tactique mais tous les leaders n’avaient pas forcément un équipier. Le vent a encore compliqué la chose, mais malgré tout, ça ne faisait pas semblant ». Dans ces circonstances, les trois grimpeurs du groupe ont largement tenu la baraque, Thibaut franchissant la ligne en 7e position, David en 10e et Rudy en 20e. « C’est une journée correcte, résume Philippe. Thibaut n’était pas super aujourd’hui donc l’important était de limiter la casse. Je trouve qu’il l’a bien fait. Evidemment Vlasov est loin devant, mais il était avec tous les autres costauds. David est lui tombé à vingt-cinq kilomètres de l’arrivée. Il a fallu qu’il attende un bon moment pour qu’on puisse lui amener un vélo de rechange. Il a entamé une course poursuite qui lui a forcément coûté un peu d’énergie. Je pense que David était le mieux de tous aujourd’hui ».

« Le Ventoux me correspond mieux » Thibaut Pinot

« Je n’étais pas super ce matin, confirmait Thibaut immédiatement après son arrivée. Je me suis battu avec les moyens du bord. C’est dommage mais c’est comme ça. C’est un peu inespéré (de finir 7e). Si on m’avait dit que j’allais faire un top 10 ce matin, j’aurais signé tout de suite donc je suis plutôt content du résultat final ». À la veille de l’étape du Mont Ventoux, Thibaut, David et Rudy pointent tous trois à une petite trentaine de secondes du leader russe. Rien de rédhibitoire. « J’espère bien récupérer pour être en forme demain, ajoutait Thibaut. Le Ventoux est une montée difficile, qui me correspond mieux. J’espère qu’on aura une belle étape et qu’on sera mieux qu’aujourd’hui ». Philippe Mauduit s’attend également à journée différente : « En début de saison, il peut y avoir des hauts, des bas. Il faut juste continuer à travailler et demain, on a une belle étape pour justement essayer d’inverser la tendance. Ce sera une autre configuration de course avec ces dix kilomètres de montée à 9% de moyenne jusqu’au Chalet-Reynard ».