Thibaut Pinot, caractère de champion !

L’image est forte. Au lendemain de sa terrible désillusion dans le contre la montre, Thibaut Pinot a redressé la tête. Dans le final secoué par un orage, il a lutté pour rester dans le sillage du maillot rose, pour rester au contact d’une course qui ne lui a pas échappée. La victoire d’étape est revenue au sprinteur Viviani (Quick Step Floors), la victoire du cœur à l’équipe Groupama-FDJ, soudée comme jamais.

« Ça va mieux qu’hier, dit en souriant Martial Gayant. Ce matin, Jussi Veikkanen avait recommandé à Thibaut de suivre Simon Yates (Mitchelton-Scott). Pour rester dans une bonne dynamique, celle d’un coureur capable d’aller chercher le podium.  »

« On est derrière toi, on croit en toi. » J.Roy

Hier soir, le staff et ses équipiers ont pris le parti de laisser Thibaut tranquille afin qu’il digère le résultat du chrono qu’il avait trouvé nul. Personne ne lui en plus parlé. Ce matin, il a eu un réveil un peu difficile, il n’avait pas d’appétit au petit-déjeuner. Dans le bus, Jérémy Roy a pris la parole et ses mots, ceux de toute une équipe, ont beaucoup touché le leader du groupe. « On est derrière toi, a dit en substance Jérémy, on croit en toi, tu nous a apportés des convictions, tu es un champion et la troisième semaine d’un Grand Tour est souvent pour toi parce que tu récupères bien. Peut-être que le maillot rose nous échappe mais le podium et une victoire d’étape, on n’est pas loin de les obtenir. » Thibaut, ce matin, a été porté par son groupe qu’il porte toute la saison. Ce témoignage de confiance était formidable et fort mérité.

Il restait à passer cette étape et après un départ d’étape perturbé par une chute et le passage de tunnels, une échappée a pris forme dans le col du départ, avec notamment Sébastien Reichenbach.

« Au bas de la descente, poursuit Martial, il y a eu des cassures, Thibaut était dans le premier groupe avec Dumoulin (Team Sunweb) et Yates. Froome était piégé. Cette annonce sur Radio-Tour nous a tous bien remontés. De toute façon, dans le briefing, nous n’avons rien changé. C’est comme si le chrono n’avait pas existé, nous sommes dans la ligne de ce que nous faisons depuis le départ d’Israël. »

La satisfaction d’un travail bien fait.

Le peloton s’est reformé, une nouvelle échappée a pris forme, cette fois avec Matthieu Ladagnous, avant que le peloton, qui avait parcouru 50 kilomètres dans la première heure, ne se calme. Sous des orages répétés, cinq coureurs échappés, notamment De Marchi (BMC), Poels (Team Sky) et Sanchez (Astana) ont été repris et sous une pluie battante, Viviani l’a emporté. Une nouvelle fois, Thibaut Pinot et ses équipiers ont regagné le bus en ayant la satisfaction d’un travail bien fait.

Demain, la dix-huitième étape propose une arrivée à Pratonevoso au terme d’une belle montée finale. « Il y a eu de la course tous les jours et ce sera difficile, promet Martial Gayant. D’ailleurs, il faut noter que dans ce Giro ce n’est pas dans les cols les plus durs qu’il y a eu des différences…  »

Par Gilles Le Roc’h