Rien à faire contre les costauds !

Comme en 2018, la Flèche Wallonne a été gagnée par Alaphilippe (Deceuninck-Quick Step) et l’équipe Groupama-FDJ qui s’en était remise à Rudy Molard, quelque peu trahi par des crampes dans la dernière ascension du Mur de Huy. Il a pris la dix-neuvième place.

Le tracé de la Flèche Wallonne, proposant pour finir un circuit à parcourir trois fois, a finalement proposé une course plus sélective et la traditionnelle course de côtes avec un peloton de 100 coureurs se présentant au pied du Mur de Huy, est effacée par cette édition 2019. Cette fois, sans qu’il y ait forcément une bagarre intense, trente coureurs ont abordé la côte d’arrivée groupés. Pour délivrer un nouveau duel entre Alaphilippe et Fuglsang (Astana).

« On a bien couru, il nous a seulement manqué de la force physique » F. Pineau

« Ça s’est fait à la pédale, dit Franck Pineau, et nous n’avons rien pu faire contre les costauds malgré une très belle course avec nos jeunes coureurs. On a bien couru, il nous a seulement manqué de la force physique. Le vent a rendu le peloton nerveux et ça a créé des chutes. Pour notre part, nous avions désigné Rudy Molard et David Gaudu pour disputer l’arrivée. Il ont été très bien entourés, et notamment par Sébastien Reichenbach qui a travaillé pour Rudy dans le final. David Gaudu a été bien pendant quatre heures et il lui a manqué trente kilomètres pour être avec les meilleurs. Il est jeune et aujourd’hui il n’avait pas la distance. Je pense qu’il a eu une petite panne d’essence et c’est une déception pour lui mais il va se refaire. Pour sa part, Rudy Molard était bien mais dans la dernière montée, quand il a fallu donner le petit coup final, il a eu des crampes. Ça lui a été fatal.  »

« Pour moi c’était moyen, je n’avais pas forcément récupéré à 100% de l’Amstel Gold Race » V. Madouas

Pour sa part, Valentin Madouas avait été préservé par son équipe après sa huitième place dans l’Amstel Gold Race et en prévision de Liège-Bastogne-Liège. Il avait un peu les jambes lourdes.

« La course a été très nerveuse à cause du vent, confirme-t-il. C’était difficile et ça s’est fait à l’usure. Dans le final, on a essayé de placer au mieux Rudy. Pour moi c’était moyen, je n’avais pas forcément récupéré à 100% de l’Amstel Gold Race mais on va maintenant préparer la Doyenne. »