Paris – Nice étape 7

Pour la première fois promu leader de l’équipe fdj.fr dans une course par étapes World Tour, Arthur Vichot se révèle être un fameux chef d’équipe, tant dans son comportement avec ses équipiers que par ses résultats. Il a fini à la cinquième place de la septième étape remportée par Slagter (Garmin-Sharp) et s’est hissé à la sixième place du classement général à la veille de l’arrivée à Nice.

« Je ne vais pas dire le contraire, dit Arthur, dans le final j’ai vraiment cru à la victoire d’étape. Malheureusement, ça ne l’a pas fait, je suis encore tombé sur plus fort que moi et je termine 5ème. J’avais de bonnes sensations certes, mais c’était un final tendu, intense, avec les deux gros cols de la journée dans les jambes qui se font lourdes.

J’ai l’impression de tourner autour de la victoire mais on est sur Paris-Nice, il ne s’agit pas de tourner autour… Il y a tellement de niveau ici qu’il faut beaucoup d’éléments réunis pour parvenir à mettre dans le mille.De cette journée, je retiens surtout le super collectif de l’équipe, une nouvelle fois. Pour eux, je me devais de garder cette place au général, ce que j’ai fait donc je suis satisfait. »

Un collectif parfait, en effet, qui regrette samedi soir la chute d’Arnold Jeannesson à 5 kilomètres de l’arrivée en compagnie de Geraint Thomas (Team Sky) et Frank Schleck (Trek Factory) dont il s’est relevé rapidement mais les 40 secondes concédées sur la ligne d’arrivée par Arnold lui font perdre des places au classement général (20e). Compte tenu du travail effectué depuis le début de la semaine en soutien d’Arthur, Arnold méritait vraiment beaucoup mieux. Heureusement, Arthur reste au contact des meilleurs.

« Evidemment, poursuit-il, terminer dans le Top 5 représenterait beaucoup pour moi. C’est la première fois que je me retrouve en position de leader sur une course à étapes de catégorie World Tour mais je ne vais pas faire la fine bouche. Si je garde cette 6ème place, je sortirai déjà très fier de ma course. Mais je sais que rien n’est acquis, il me faudra la défendre jusqu’au bout. Et demain, j’essaierai de faire le plus beau sprint possible, et pourquoi pas m’imposer…Enfin…  ».