« On ressort du Tour avec des certitudes ! »

Hormis par une éventuelle attaque rue de Rivoli de Stefan Küng qui n’est pas venue, l’équipe Groupama-FDJ avait conscience de ne pouvoir obtenir un résultat majeur dans la dernière étape du Tour de France. Orpheline de Thibaut Pinot, elle est toutefois heureuse de voir David Gaudu (13e et deuxième meilleur jeune) et Sébastien Reichenbach (17e) se positionner dans le Top 20 sans oublier sa très belle sixième place au classement par équipes.

Au cours de ces trois semaines, les coureurs et le staff de notre équipe ont fait de l’ambition de son leader une cause commune mais ils ont surtout converti sur le terrain toute la mise en place décidée au cours de l’hiver. Puisque Thibaut avait décidé de mettre fin à son désamour avec le Tour, tout a été mis en place pour le mettre dans les meilleures dispositions. Certes, la blessure de Thibaut, confirmée mardi par un examen approfondi à Monaco (lésion du vaste médial de la cuisse et hématome inter-aponévrotique nécessitant un repos complet de 20 jours), n’a pas permis de confirmer le rêve en réalité mais comme le dit Yvon Madiot «l’équipe Groupama-FDJ est entrée dans le Tour avec de l’ambition, elle en ressort avec des certitudes ! »

« Le Tour était un plan de neuf mois, explique-t-il. Hormis tout l’aspect sportif et logistique, ce qu’on avait travaillé depuis décembre, c’était la sérénité. Nous y sommes parvenus par beaucoup de professionnalisme dans l’approche et par l’anticipation aussi, on ne l’avait jamais fait comme ça. Le groupe avait été méthodiquement construit pour chaque étape. On ne s’est pas focalisé sur un domaine. Nous avions aussi anticipé le message à faire passer. Il consistait à dire que nous étions dans le Tour sérieusement mais sans pression, Thibaut a aussi surtout besoin de ça. Nous avions une totale confiance sur sa forme, on a déminé le terrain autour de lui. »

« On ne se l’était jamais dit avant, mais on peut gagner le Tour ! »

« Notre équipe, poursuit le directeur sportif de Groupama-FDJ, était composée pour moitié de rouleurs et pour l’autre de grimpeurs. Tous ont bien fait leur travail. Je ne veux pas sortir un coureur plus qu’un autre mais il faut reconnaître que William Bonnet, c’est notre assurance tranquillité. Il a une puissance incroyable sur le plat, capable de protéger Thibaut qui dit le suivre les yeux fermés. Stefan Küng a forcément beaucoup apporté sur le plat mais dans la prise de parole, il a été super important. Il fait preuve d’une grande maturité à 25 ans. Dans l’après bordure d’Albi, il a eu les bons monts. Quand il parle, c’est toujours intéressant. Pour les grimpeurs, Sébastien Reichenbach est monté progressivement en puissance, il est de mieux en mieux depuis la fin juin. Rudy Molard est tombé bêtement en début de Tour et a fait les trois semaines avec une déchirure intercostale. Il a très bien rempli sa mission derrière Thibaut, dans les passages compliqués. Enfin, notre petit Breton est phénoménal, David Gaudu est 13e du Tour en travaillant, en se relevant sur le plat . Il prend un plaisir énorme à travailler avec Thibaut, ils sont très complices. Il y a un plan de carrière pour lui sous deux ans. »

« Enfin, je dois aussi parler de Philippe Mauduit qui avait le premier rôle de la direction sportive. Il a tout fait avec Thibaut, depuis le stage en altitude en février jusqu’au Tour. Il a décomplexé les coureurs par son vécu, en ne cessant de leur dire qu’ils sont meilleurs que les étrangers. J’apprécie chez lui qu’il soit très proche des équipiers. Cette fin de Tour a été douloureuse mais on a trouvé la finalité de tout ça. On avait commencé à Bruxelles avec de l’envie et de l’ambition. Maintenant on a des certitudes. On ne se l’était jamais dit avant, mais on peut gagner le Tour !»