Médaille de bronze pour Stefan Küng

Sous une pluie continue, Stefan Küng a pris la troisième place du championnat du monde gagné à Harrogate par le Danois Mads Pedersen (Trek-Segafredo). Passé à l’attaque à cinquante kilomètres de l’arrivée, le rouleur suisse de l’équipe Groupama-FDJ, dixième du contre la montre il y a trois jours, s’est affirmé parmi les meilleurs coureurs du monde.

Ce Mondial s‘est disputé dans des conditions très difficiles et a provoqué par le froid et la pluie une irrémédiable sélection. Seulement 45 coureurs ont franchi la ligne d’arrivée.

« On finit tous les trois mais dans le sprint, je n’avais plus rien, j’étais vide » S. Küng

Il y eut très rapidement une première échappée de onze coureurs dont le Slovène Roglic (Slovénie), le Colombien Naïro Quintana (Colombie) et le vainqueur du Giro Carapaz (Equateur). Ils ont été repris à moins de 80 kilomètres de l’arrivée. Stefan Küng, comme il l’affectionne, a attaqué de loin en compagnie de l’Américain Craddock et s’il a vu revenir quelques pointures, il a défendu ses chances jusqu’à la ligne d’arrivée.

« Quand je suis sorti, dit-il, j’ai vu que c’était bien d’avoir de l’avance et quand Van der Poel (Corendon-Circus), Trentin (Mitchelton-Scott) et Pedersen sont revenus, j’ai senti que j’en avais encore dans les jambes et que les autres étaient fatigués. A la fin, j’ai compris que j’étais sans doute le plus fort et avant la dernière côte, je me suis dit ‘’je dois tout faire pour les lâcher et au moins j’aurais tenté.’’ J’ai tout donné et avec les spectateurs, en courant pour un titre mondial, l’adrénaline et montée. J’y suis allé à fond mais Trentin et Pedersen étaient assez forts pour rester avec moi. On finit tous les trois mais dans le sprint, je n’avais plus rien, j’étais vide. Je prends la troisième place et je n’ai pas de regrets. Je me suis mis à fond et je n’aurais pas pu faire mieux. »