Marijn van den Berg signe la première victoire de la Conti !

Le compteur est désormais également ouvert pour la Conti ! Ce dimanche en Slovénie, sur le Grand Prix Adria Mobil, Marijn van den Berg a réglé le sprint pour la victoire dans les rues de Novo Mesto, concluant ainsi parfaitement le travail de ses équipiers dans les derniers hectomètres. Les hommes de Jérôme Gannat sont maintenant parfaitement lancés, et enchaîneront dans une semaine avec deux épreuves en Italie.

Sur le Grand Prix Adria Mobil ce dimanche, les deux principales difficultés étaient situées en début de course. Tout laissait donc présager un sprint au terme des 181 kilomètres du tracé, mais la consigne était malgré tout de rester vigilant. « Le but était d’être présent dans les échappées si les principales équipes y étaient, expliquait Jérôme Gannat après-coup. On a d’abord fait une première boucle de soixante-trois kilomètres où il n’y a pas eu de grosses initiatives. Il y avait deux cols très longs mais pas très raides. Finalement, au premier passage sur la ligne, un coureur s’est détaché tout seul puis quatre autres l’ont rejoint ». À un peu plus de cent kilomètres de l’arrivée, Reuben Thompson a alors décidé de se projeter en contre. « Il a réagi avec un temps de retard, expliquait Jérôme. Il a dû boucher une demi-minute tout seul et il a tout de même mis plus d’une dizaine de kilomètres pour rentrer. Malgré tout, c’était une bonne chose de l’avoir devant. Derrière, c’est surtout Bardiani qui a assuré la poursuite. Pour nous, c’était l’idéal ». L’avance du Néo-Zélandais et de ses compères de fuite n’ayant jamais réellement gonflé, l’échappée a été neutralisée à une trentaine de kilomètres de la ligne. Riccardo Zoidl (Team Felbermayr – Simplon Wels) a dès lors tenté sa chance en solitaire mais c’est bien un petit peloton qui s’est présenté pour la victoire dans les cinq derniers kilomètres.

« Cela aurait été impossible sans mes coéquipiers », Marijn van den Berg

« Le sprint était un peu technique, avec une légère descente à un kilomètre et un dernier virage gauche à 300 mètres, avec un passage sous un pont, précisait Jérôme. Il était impératif d’être en tête à ce moment-là, et la consigne était donc de prendre la direction du sprint à deux kilomètres de l’arrivée. Ce qui a été fait. On savait qu’avec ce peloton réduit à une quarantaine d’unités, Marijn avait toutes ses chances ». Carte maîtresse pour ce final, le Néerlandais de 21 ans racontait : « La course a été difficile, ce qui fait qu’un petit peloton est arrivé pour le sprint. C’était parfait pour moi. On s’était dit que si j’étais encore là après la dernière bosse, on jouerait ma carte. C’est ce qu’on a fait et le plan a parfaitement fonctionné. L’équipe m’a super bien emmené. Antoine [Raugel], Alexandre [Balmer] et Laurence [Pithie] ont fait un travail incroyable. Je gagne aujourd’hui mais je dois dire un grand merci à tous mes coéquipiers car cela aurait été impossible sans eux. Je suis très content de cette victoire. Je n’avais pas couru depuis trois semaines, donc reprendre par une victoire, c’est super pour la motivation. Ça motive aussi le reste de l’équipe, on a envie de faire une belle saison ». 

Ce dimanche, la « Conti » a également placé un autre jeune homme dans le top 5 avec Laurence Pithie, quatrième sur la ligne. « On obtient notre première victoire après seulement quatre courses, c’est très bien, concluait Jérôme. Elle arrive tôt, et ça va donner de la confiance à tout le groupe pour la suite. On voit que tout le monde marche bien physiquement. On sent aussi cette année qu’on est un peu plus présents collectivement sur les courses. Ça court groupé tout le temps, comme une équipe WorldTour ! » Dans une semaine, l’équipe enchaînera deux courses italiennes aux profils bien divers. « Le Trofeo Piva (4/04) est le moins difficile sur le papier, Jake [Stewart] avait fait troisième avec l’équipe de Grande-Bretagne en 2019, concluait Jérôme. Le Giro del Belvedere (5/04) est bien plus dur. Cette semaine, nous séparerons l’équipe en deux groupes à l’entraînement, et il y aura des travaux spécifiques en fonction de la course à leur programme ».