Le sprint, c’est aussi une question de repères

Le Norvégien Alexander Kristoff (Katusha), déjà vainqueur de la deuxième étape, s’est imposé jeudi à Messaied où le Néerlandais Terpstra (Etixx-Quick Step) a conservé le maillot de leader. Arnaud Démare, 17e, a connu un sprint difficile lui rappelant que cette affaire est aussi une affaire de repères.

La configuration même de l’étape n’était pas favorable à Arnaud: le vent défavorable a contraint le peloton à une non-course et a permis à tous les coureurs d’atteindre le final avec beaucoup de fraicheur. Les quinze derniers kilomètres ont été très disputés, contraignant les équipiers à travailler énormément. Ceux du champion de France ont été bons mais tout ne s’est pas passé comme prévu.

« Arnaud a été remonté par ses équipiers et se situait en quatrième position, dit Martial Gayant, mais il a perdu leur roue. William, Mickael et Matthieu ne s’en sont pas rendu compte, à une telle vitesse on ne peut pas se retourner. Arnaud a donc fait l’effort pour se replacer et y a laissé des forces. En plus, dans le dernier rond-point il y a eu une touchette et une cassure. Le sprint était terminé… Nous nous sommes réunis après l’étape et avons décidé d’une nouvelle méthode qui sera appliquée dès demain. »

Arnaud se tiendra en troisième position, dans le sillage de William Bonnet et Mickaël Delage restera derrière Arnaud. S’il y a le moindre souci, il sera là pour prendre le relais et replacer son sprinteur.

Verdict demain à Madinat-al-Shamal qui sera atteint au terme d’une étape qui sera poussée, semble-t-il, par un vent favorable. La course sera évidemment très différente…