La montagne avant le repos

Pour ponctuer sa deuxième semaine de course, le Tour d’Italie emmenait ce dimanche les coureurs du côté de Piancavallo, où Thibaut Pinot s’était joliment exprimé en 2017. Aujourd’hui articulée autour d’un sprinteur en la personne d’Arnaud Démare, l’Équipe cycliste Groupama-FDJ s’est logiquement faite plus discrète, mais elle a tout de même bien franchi cette étape montagneuse à la veille d’une seconde journée de repos très attendue.

185 kilomètres et 4000 mètres de dénivelé. Voilà ce que devaient avaler les coureurs ce dimanche, entre la Base Aérienne de Rivolto et Piancavallo, avant de pouvoir jouir d’une journée de repos dans le Frioul-Vénétie Julienne. Au terme d’une première heure de course très rapide, onze coureurs se sont dégagés afin d’anticiper la bataille des favoris et tenter leur va-tout pour la victoire d’étape. Pour le champion de France Arnaud Démare et ses collègues, la consigne était toute autre. « Elle était de passer le maximum de cols jusqu’à la mi-étape puis d’accrocher le bon gruppetto, expliquait ainsi Sébastien Joly. C’est ce qu’ils ont fait à la perfection. Arnaud s’est même un peu pris au jeu et avait les moyens physiques pour suivre le peloton un peu plus longtemps que prévu. Il s’est néanmoins rapidement relevé pour intégrer le gruppetto et nos six coureurs se sont retrouvés ensemble pour la fin d’étape. Il y avait aussi quelques vallées, il était donc important d’être bien groupé ».

« Tout le monde a pu passer une bonne journée », Sébastien Joly

En tête de course, Rohan Dennis fût le dernier à rendre les armes, mais son coéquipier Tao Geoghegan Hart a parfaitement pris le relais en allant s’imposer au sommet de Piancavallo. Les coureurs de la Groupama-FDJ en ont terminé une quarantaine de minutes plus tard. « Au niveau des délais, on était larges, assurait Sébastien. Ils étaient de plus de cinquante minutes, donc il n’y a donc eu aucun souci. Tout s’est bien passé et surtout, les conditions météorologiques étaient plutôt favorables aujourd’hui. Sur une étape comme celle-ci, c’est tout de suite plus agréable. Cela a permis à tout le monde de passer une bonne journée ». « C’était une très bonne journée personnellement, insistait Arnaud Démare à son arrivée. On a eu droit à de super paysages, du soleil, de belles routes. C’était vraiment sympa ». Son directeur sportif ajoutait d’ailleurs : « C’est vrai que l’on arrive dans une région particulièrement jolie. Nous approchons des Alpes, nous avons d’ailleurs vu un peu de neige au loin et à l’arrivée. On sent vraiment qu’on arrive en dernière semaine du Giro ».

La deuxième séquence du Tour d’Italie s’est donc refermée aujourd’hui, et la troisième démarrera après-demain. Entre les deux, une journée de repos des plus bienvenues est au programme. « Par rapport à la semaine dernière, nous ferons sans doute une sortie un peu plus rythmée, avec une bosse, car l’étape de mardi est assez musclée, concluait Sébastien. Anthony Bouillod s’occupe de tracer le parcours et Jacopo, qui connait bien la région, s’est proposé pour l’aider. Ça restera plutôt tranquille, mais il y aura une petite partie en prise pour être dans de bonnes conditions au départ mardi matin ».