LA CONTI : ANNÉE 1

2019 était également la première année d’existence de l’Équipe cycliste Continentale Groupama-FDJ, créée grâce à l’arrivée de Groupama auprès de FDJ. Auréolée de onze victoires déjà, La Conti a permis à l’équipe WorldTour de recruter trois talents pour la saison 2020. Le manager suisse de la formation, Jens Blatter, dresse le bilan de cette toute première saison.

« Théo Nonnez a levé les bras alors que l’équipe n’avait que cinq heures d’existence. »

Nous entamons déjà la deuxième saison de La Conti. Il y a un an de cela, nous nous réunissions pour la première fois à Calpe, avec nos grands frères de l’équipe WorldTour. Une semaine impitoyable pour les jambes de nos jeunes coureurs mais tellement formatrice, au contact des champions et du staff. Quelques jours avant, nous avions tous été affectés par un événement dramatique : Samuele Manfredi, l’un des espoirs italiens de l’équipe, était victime d’un accident à l’entraînement, le plongeant de très longues semaines dans le coma, mettant fin à ses rêves de carrière. Tous, sponsors, staff, coureurs, avons été profondément transformés par ce qui est arrivé à Samuele et c’est avec cet esprit combatif et conquérant – le « Never Give up spirit » comme j’aime le dire – que l’équipe s’alignait sur l’Essor Basque, la première course de son existence.

Et quelle première ! Théo Nonnez a levé les bras alors que l’équipe n’avait que cinq heures d’existence. Le tout sous les yeux de Marc Madiot, venu en patron assister à nos premiers tours de roues. Quelle fierté pour nous tous !

« La Conti a désormais son propre service course »

Quelques mois plus tard, notre premier coureur nous a quittés pour rejoindre de manière anticipée les rangs de nos grands frères : Kevin Geniets devenait un coureur WorldTour. Cette passerelle, au-delà de confirmer très tôt l’efficacité du modèle, a montré aux autres que le rêve était au bout de la ligne d’arrivée. Ainsi, nous nous sommes fièrement alignés sur les plus grandes épreuves U23 du monde : Paris-Roubaix U23, Liège-Bastogne-Liège U23, le Baby Giro d’Italia, Il Piccolo Lombardia U23… Un calendrier qui fait rêver pour une première année. C’est Karl Patrick Lauk, le champion d’Estonie, qui a décroché la première victoire en catégorie UCI, au Rhône Alpes Isère Tour, démontrant ainsi la compétitivité au plus haut niveau de l’équipe.

Je tiens ensuite à tirer mon chapeau au staff, mécaniciens, kiné et assistants sportifs qui ont donné aux coureurs les moyens de leurs ambitions. La Conti a désormais son propre service course, avec un matériel de pointe et les compétences nécessaires à la réalisation de la performance.

«  Je tiens ensuite à tirer mon chapeau au staff, mécaniciens, kiné et assistants sportifs »

Je retiendrai également les dix jours du Giro d’Italia U23. Il s’agissait de la course la plus longue à laquelle les coureurs avaient jamais participé, avec des arrivées au sommet et des parcours usants. Malgré la difficulté, La Conti s’est montrée présente dans les Top10, démontrant sa ténacité et la culture de l’effort qui l’habite. Quelques semaines plus tard, Simon Guglielmi arborait sur ses épaules le maillot jaune du mythique Tour de l’Avenir pour quelques jours.

La saison s’est conclue de la meilleure des manières, avec la victoire d’Alexys Brunel sur Paris-Tours Espoirs. La boucle était bouclée. Alors que lui et Simon Guglielmi s’apprêtent à vivre leur première rentrée en WorldTour avec leurs grands frères, alors que d’autres débutent aussi leur chemin au plus haut niveau dans d’autres formations, je ressens un sentiment de travail accompli. Comme Marc Madiot, Groupama et FDJ l’ont fait avant moi, je crois fermement en les vertus de la formation. C’est en vivant ces expériences, en accompagnant ces jeunes coureurs, que nous préparons les champions de demain avec au cœur de leur pratique l’éthique, la culture de la performance et du résultat et surtout l’esprit d’équipe et l’amour du collectif.

Vive La Conti, Vive Groupama-FDJ !