Le Tour de l’Ain s’est élancé ce vendredi avec un plateau de luxe. L’Équipe cycliste Groupama-FDJ a pour sa part décidé de faire confiance à ses jeunes, et Alexys Brunel, premier vainqueur de l’équipe cette saison, s’est d’ailleurs montré à l’occasion de ce premier acte. Le Nordiste de 21 ans a pris part à l’échappée du jour avant que les « gros » ne durcissent un final qui semblait promis aux sprinteurs.

Sans sprinteur de premier plan ni leader capable de jouer le haut du classement général, le champ était relativement libre pour les hommes de la Groupama-FDJ ce vendredi matin, au départ de Montréal-la-Cluse. « Sachant qu’on a une équipe de jeunes, on est surtout là pour se montrer et pour accumuler de l’expérience, confiait Yvon Madiot, le directeur sportif sur le Tour de l’Ain. Il était donc prévu qu’on participe à l’échappée. Il y avait deux ou trois coureurs désignés pour prendre celle du jour, dont Alexys, qui a réussi à prendre le bon coup. Il a pu passer une bonne journée à l’avant ». Accompagné par Ivan Centrone (Natura4Ever-Roubaix-Lille Métropole), Michal Paluta (CCC) et Martin Salmon (Sunweb), le vainqueur d’étape sur l’Etoile de Bessèges n’a toutefois jamais réellement pu croire en la réussite de l’échappée, le peloton restant constamment à 2-3 minutes.

« Un final plus costaud qu’on ne l’imaginait », Yvon Madiot

« On pensait qu’il y avait un petit coup à jouer car il s’agissait de l’étape la moins dure sur le papier, poursuivait Yvon, mais les équipes Israel Start-Up Nation et Jumbo-Visma ont contrôlé toute la journée. Dans le final, Alexys a un peu coincé étant donné qu’il s’agissait de sa course de rentrée, en plus du fait que c’était assez dur et qu’il faisait de nouveau très chaud aujourd’hui ». Il a finalement été revu à une dizaine de kilomètres de l’arrivée alors que la tension s’accentuait quelque peu dans le peloton. « Jake [Stewart] avait sa carte pour le final, confirmait Yvon. On lui avait dit de ne pas bouger du peloton et de tenter sa chance s’il y avait sprint. On s’est néanmoins aperçu que ce n’était pas si simple que ça. À l’arrivée il n’y a que des puncheurs. Jake m’a dit que c’était aussi un peu trop dur pour lui. Il s’est écarté en même temps que Geraint Thomas, donc il n’a pas à rougir. Ce final a été plus costaud que ce qu’on imaginait ».

C’est le néo-pro italien Andrea Bagioli qui a raflé la mise au sprint devant Primoz Roglic, qui ne sera pas parvenu à s’isoler dans la butte située à deux kilomètres du but. Jake s’est malgré tout battu pour prendre une honorable seizième place sur la ligne. Cap désormais sur la deuxième étape, qui empruntera de nombreuses bosses en direction de Lélex-Mont Jura. « On commence avec de la moyenne montagne, conclut Yvon. On verra si l’on peut répéter ce qu’on a fait aujourd’hui, à savoir mettre un mec devant. Je dispose de trois coureurs qui ont un profil grimpeur et nous avons plutôt l’intention de jouer les échappées. Jouer à la pédale avec les gros, ce sera très compliqué. Les gars ont eu un bon comportement aujourd’hui. Ils se sont montrés offensifs et on veut continuer à courir de cette manière. »

Aucun commentaire