Le dernier jour a finalement été le bon pour Jake Stewart. Après quelques tentatives manquées, le Britannique a enfin pu s’exprimer ce samedi, à l’occasion de la cinquième et ultime étape du Tour de Wallonie. S’il a toutefois dû lancer de très loin dans l’emballage final, il s’est emparé d’une solide sixième place à Quaregnon, soit son meilleur résultat de la semaine. Une semaine de reprise également fort utile à Benjamin Thomas, qui s’envolera d’ici quelques heures pour Tokyo pour y disputer l’Omnium et l’Américaine sur la piste.

« Jake monte en puissance », Jussi Veikkanen

À la différence des derniers jours, la bagarre a été de très courte durée ce samedi au départ de Dinant pour le dernier acte du Tour de Wallonie 42e du nom. Un quintette composé de Senne Leysen (Alpecin-Fenix), Ward Vanhoof (Sport Vlaanderen-Baloise), Jesper Hansen (Riwal Cycling Team), Fumiyuki Beppu (EF Education-Nippo) et Sean Quinn (Hagens Berman Axeon) s’est ainsi extrait dès les premiers kilomètres et le peloton s’est attaché à le contrôler à distance. « C’était un schéma traditionnel WorldTour », confirmait le directeur sportif de l’Équipe cycliste Groupama-FDJ, Jussi Veikkanen. L’avantage des fuyards a tout de même atteint les sept minutes avant que les formations Trek-Segafredo et AG2R-Citroën ne viennent défendre leurs intérêts. À environ cinquante bornes de l’arrivée, l’écart repassait sous les quatre minutes sans que rien ne vienne entraver la bonne marche du peloton. « Le dernier tiers de l’étape était bien propice aux bordures, reprenait Jussi. Mais il n’y avait pas de vent, de pluie ou quoi que ce soit, donc il ne s’est rien passé ». Avant d’entamer le circuit final autour de Quaregnon, et de passer une première fois sur la ligne à vingt bornes du but, un contre s’est tout de même initié dans un enchaînement de petites bosses. Néanmoins, tous les attaquants ont été absorbés à l’amorce de l’unique difficulté répertoriée du jour, la côte de Rossignol. 

« C’était un circuit typique de la Belgique avec des passages sur les pavés, des virages, des petites bosses, et ça a donné une course mouvementée sur la fin, relevait Jussi. Les gars ont plutôt bien bossé. À douze kilomètres, il y avait donc ce petit raidard. Un mec a déraillé et a provoqué une cassure. Jake, Fabian et Benji étaient juste derrière et ont été obligés de faire un effort supplémentaire pour revenir aux avant-postes. Ça nous a coûté un peu d’énergie. Fabian n’était de fait plus là pour épauler Jake dans le sprint ». Malgré une offensive tranchante d’une demi-douzaine de coureurs, un regroupement d’une cinquantaine d’hommes s’est en effet opéré à quatre kilomètres de l’arrivée et le jeune Anglais de la Groupama-FDJ était bien présent. « Il s’est retrouvé un peu seul dans le dernier kilomètre, et il me disait qu’il avait dû lancer de loin », indiquait Jussi. Au-delà de la vingtième place à 500 mètres de la ligne, Jake Stewart a fourni un gros effort pour remonter seul sur sa gauche, puis pour lancer son sprint final, dans le vent. Cela lui a valu, à l’arrivée, une très honorable sixième place. « Il s’est senti de mieux en mieux au fil de la semaine, et c’est le plus important, acquiesçait Jussi. On sent qu’il monte en puissance et qu’il a de l’envie »« Je suis content d’avoir réussi à mieux me placer pour le sprint et décrocher un bon résultat, ajoutait l’intéressé. Cela confirme que je peux bien grimper quand je suis dans un bon jour. Je suis très content de mon étape aujourd’hui, et de la semaine en général. On n’a peut-être pas obtenu le résultat qu’on espérait, mais la condition est bien présente. C’est une bonne chose en prévision des prochaines courses »

« J’ai bien travaillé », Benjamin Thomas

Pour l’Équipe cycliste Groupama-FDJ, ce Tour de Wallonie s’achève sans résultat de premier plan, mais avec quelques certitudes. « C’était une course de reprise, rappelait Jussi. Je pense que beaucoup d’équipes et coureurs qui ont brillé ici ont fait de gros stages au préalable, ou ont couru au mois de juillet. On sait que ça peut faire la différence. De notre côté, on se projette plus loin, notamment avec Jake qui a un gros programme qui l’attend plus tard dans la saison. On était davantage dans cet objectif de montée en puissance ici, et l’ensemble du groupe a bien progressé ». C’est notamment le cas de Benjamin Thomas, actif lors de l’étape « reine » jeudi, et désormais prêt à s’envoler pour Tokyo. « La course en général s’est bien passée, expliquait le champion de France du contre-la-montre. D’un point de vue personnel, j’ai fait une belle étape le troisième jour, même s’il m’en a manqué un peu pour jouer la gagne. Aujourd’hui, j’étais de nouveau bien là dans le final. Je sors de ce Tour de Wallonie en bonne condition et en ayant bien travaillé pour l’omnium et l’américaine, dans environ deux semaines. J’ai aussi évité les chutes et les incidents donc la préparation s’est parfaitement déroulée jusque là »« C’était une bonne course de préparation, assurait Jussi. On a eu des conditions idéales avec une bonne météo. Il y a eu des étapes typées« WorldTour » et des étapes plus mouvementées. Il a pu travailler toutes les zones d’intensités. Pour l’anecdote, soncollègue de l’Américaine Donavan Grondin était aussi présent sur cette course, ce qui leur a plus ou moins permis de se préparer ensemble ».

A lire dans cette catégorie…