Il y a des années comme ça…

Ce n’est pas faute d’essayer mais cette année, le Tour de France est très compliqué pour Thibaut Pinot et l’équipe FDJ. Au lendemain du jour de repos à Pau, très motivé, le leader du Trèfle était bien décidé à faire l’étape mais après deux kilomètres d’ascension, il a compris que c’était peine perdue.

Le plan envisagé le matin pendant le briefing avait pourtant été respecté à la lettre. « Nous avons attendu que Thibaut nous donne des indices, explique Yvon Madiot, on avait fixé les 60 premiers kilomètres pour savoir où il en était. Il nous a alors prévenu que ses sensations étaient bonnes. Nous avons donc décidé de rouler derrière les deux échappés (Fedrigo et Van Bilsen) qui avaient près d’un quart d’heure d’avance. »

Arnaud Démare et ses équipiers ont alors fait un gros travail en tête de peloton, bien avant que ne se présente la rampe menant à La Pierre-Saint-Martin, la cause était entendu pour les deux hommes de tête.

L’équipe Movistar a alors pris les rênes du peloton, laissant deviner l’attaque de son leader Nairo Quintana. Cette accélération a été fatale au podium du Tour de France 2014. Thibaut Pinot, comme Vincenzo Nibali et Jean-Christophe Péraud ont été distancés à 11 kilomètres du sommet.

« Jusqu’au pied de l’ascension, dit Pinot, je pensais que ça allait mais le rythme cardiaque n’a pas suivi. Je ne suis pas bien, c’est tout. Avec mes équipiers qui ont roulé derrière les échappés (Fédrigo et Van Bilsen), on était dedans, on avait envie de prendre le Tour d’un bon pied mais au bout de 2 km, mon cœur était à 200 pulses, je savais que j’allais exploser… »

Attendu par Steve Morabito, Thibaut a franchi la ligne d’arrivée avec dix minutes de retard et c’est évidemment un tout autre Tour qui commence pour lui. Le gain d’une étape devient pour lui et ses équipiers l’objectif majeur.