Eneco Tour étape 1

Il fallait avoir le cœur gros en cette première étape de l’Eneco Tour, disputée lundi en Zeeland, région maritime battue par les vents. L’Italien Guardini (Astana) s’est imposé au terme d’un sprint qui fut à l’image de toute l’étape, confus et nerveux.

« C’est un temps du mois d’octobre, s’étonne Martial Gayant, et en effet aujourd’hui il fallait savoir bien faire du vélo. Des routes étroites, souvent sinueuses ou battues par les vents, avec d’innombrables changements de direction, des ronds-points et forcément des chutes, nombreuses. »

Bref, il fallait de la dextérité et de la chance et malgré tous les obstacles à surmonter, les coureurs de l’équipe FDJ.fr ont essayé de rester groupés autour de leur sprinteur Nacer Bouhanni qui reprenait la compétition et de leur pièce maitresse pour le classement général, Arnold Jeannesson.

A l’initiative de David Boucher, c‘est même le Trèfle qui a été à l’origine de la première véritable accélération à 40 kilomètres de l’arrivée mais, alors, le coup de semonce a eu le don d’électriser la course, toutes les équipes tentant de rester bien placées.

« Avec Frédéric Guesdon qui est resté à l’arrière du peloton, explique Martial Gayant, je suis resté en permanence à l’avant pour prévenir des dangers et des changements de direction. La fin de course a été très nerveuse, la préparation du sprint plus encore. Nacer m’a dit qu’il a failli tomber, pris dans une vague à 400 mètres de la ligne d’arrivée. Yoann Offredo qui était vraiment très fort avait bien envie d’attaquer sous la flamme rouge mais il a été devancé par Tom Dumoulin (Giant-Shimano) qui a été repris… »

A l’arrivée Guardini a donc levé les bras en tête du peloton au sein duquel Arnold Jeannesson a été bien content de garder sa place. Il n’a pas ménagé sa peine…