En pensant très fort à Thibaut Pinot…

Thibaut Pinot n’a pas vu Rome. Souffrant d’une très forte fièvre, il a été placé en observation samedi soir à l’hôpital où il a passé la nuit et où les médecins ont diagnostiqué une pneumopathie et ont initié son traitement.

Soudés, ses six équipiers et William Bonnet qui n’a pas voulu les lâcher et les a accompagnés dans la capitale italienne, ont disputé la dernière étape du Tour d’Italie sans leur leader et en faisant preuve d’une dignité magnifique.

Samedi soir, la terrible désillusion de Thibaut avait marqué les esprits. Comme le dit Martial Gayant qui était anéanti, tant et tant de sacrifices ont été gâchés par la maladie de Thibaut. Ce dernier, arrivé à l’hôtel, s’est senti de moins en moins bien et a présenté une fièvre de 40,6° qui a incité Jacky Maillot, le médecin de l’équipe, à ne prendre aucun risque. Cette même fièvre avait provoqué sa défaillance soudaine dans le col de Saint-Pantaléon.

Dimanche, en cours de journée, le leader de l’équipe Groupama-FDJ allait mieux et a quitté l’hôpital. Il devra observer un repos complet.

Ses équipiers et le staff de l’équipe ont donc rejoint Rome pour une dernière étape qui a constitué un petit événement. Il s’agissait pour Jérémy Roy qui mettra un terme à sa carrière dans quelques mois, de son dernier départ dans un Grand Tour.

« Il y a eu une petite larme » J.Roy

« Au départ, dit-il, j’ai eu beaucoup d’émotion, il y a eu une petite larme que j’ai cachée derrière mes lunettes. C’est mon quinzième Grand Tour, je les ai tous finis et c’est une fierté. Je me suis remémoré des souvenirs, bons et moins bons comme cette année. J’ai découvert Rome même si le circuit choisi par les organisateurs n’était pas approprié à une course de vélo  ».

Jugeant le circuit trop dangereux, les coureurs ont obtenu que les temps soient figés après trois tours de circuit. L’Irlandais Sam Bennett (Bora-Hansgrohe) a gagné le sprint final.

Après l’arrivée, les coureurs de l’équipe Groupama-FDJ qui peuvent être fiers de leur Tour d’Italie, et le staff qui s’est dépensé sans compter, ont bu un verre. A la santé de Thibaut Pinot.

Par Gilles Le Roc’h