Échappée en montagne entre ‘’roommates’’

La vingtième étape du Giro, ce samedi, était aussi la dernière en montagne. Pour l’occasion, les collègues de chambrée Arnaud Démare et Simon Guglielmi se sont faits un petit plaisir en se glissant ensemble dans l’échappée. S’ils ont finalement vu le retour des favoris, qui se sont livrés à une grande explication dans la triple montée de Sestrières, ils ont malgré tout pu profiter d’une belle journée avant la conclusion du Tour d’Italie, dimanche, par un contre-la-montre à Milan.  

« Ils se sont faits plaisir », Sébastien Joly

L’ultime morceau de montagne. Tel était le programme de la journée sur le Giro, au lendemain d’une étape réduite de moitié à la suite d’un mouvement du peloton. Ce vendredi, le col d’Agnel et le col de l’Izoard n’étaient finalement plus au menu en raison des restrictions sanitaires, mais l’étape s’allongeait tout de même sur 190 kilomètres avec une triple ascension vers la montée bien connue de Sestrières. Soit quelques derniers gros efforts à fournir. Pour autant, c’est de façon très positive que l’équipe Groupama-FDJ a abordé cette étape, dès la veille. « Hier soir, avant de s’endormir avec Arnaud, on s’est dit « le Giro est déjà réussi, le maillot est quasi-assuré, on a gagné quatre étapes, mais on peut encore faire un petit truc : être dans l’échappée tous les deux », racontait Simon Guglielmi. « Après avoir bien bossé pendant tout le Giro, Simon avait effectivement carte blanche aujourd’hui, confirmait Sébastien Joly. En plus, sa famille et ses supporters étaient présents sur place. De par la topographie du parcours, il n’y avait pas non plus nécessité d’avoir tout le monde autour d’Arnaud aujourd’hui. De toute façon Arnaud voulait aussi se faire plaisir et se lancer dans l’échappée. Il n’y avait plus que le chrono derrière, il y avait moyen de lâcher les chevaux aujourd’hui et c’est ce qu’ils ont fait ».

Peu après le départ, Simon Guglielmi a ainsi intégré un groupe d’attaquants. « Je me suis retourné et j’ai vu qu’Arnaud sortait du peloton, confiait-il. On s’est retrouvés à deux devant, c’était génial ». Au sein d’une échappée d’une vingtaine d’unités, les deux Français du groupe ont donc pu bénéficier d’une avance de sept minutes sur le peloton. « Arnaud et Simon font chambre ensemble depuis quelques temps, alors c’était sympa de les retrouver les deux aux avant-postes, poursuivait Sébastien Joly. Ils se sont faits plaisir et c’était également plaisant à voir. En plus, c’était une belle journée, avec une météo beaucoup plus clémente qu’hier ». En tête de course, les deux représentants de la Groupama-FDJ n’ont pas seulement montré le maillot puisqu’Arnaud Démare a mis un point d’honneur à remporter le sprint intermédiaire. « Mathématiquement, ce n’était pas officiellement fait, glissait Sébastien Joly. Il a symboliquement bouclé ce Giro en prenant les douze points. Ça a d’ailleurs été un beau sprint avec Ballerini et Vendrame, de vrais concurrents. Et ça montre par la même occasion qu’on était là pour faire la course aujourd’hui ». « C’est une belle manière de terminer ce Giro, confiait le champion de France à l’arrivée,  et ça montre encore une fois que je suis présent ».

« Une expérience magnifique », Simon Guglielmi

Par la suite, les deux « colocs » ont entamé le fameux enchaînement des trois ascensions de Sestrières. Arnaud Démare a logiquement coincé dès la première montée alors que Simon Guglielmi a été distancé dans l’ascension suivante. « Il y avait toute ma famille, mes amis, ma copine, sur le bord de la route aujourd’hui, relatait le jeune homme de 23 ans. J’ai pris énormément de plaisir. C’était top. Ce Giro de manière générale a été magique. C’était mon premier Grand Tour et on a vécu tellement de choses. Les victoires, des étapes extrêmement dures dans le gruppetto, des échappées, des bordures. C’était une expérience magnifique ». Pour sa part, Arnaud Démare a bien relâché la pression une fois décroché de l’échappée, au point de mimer une fausse victoire à son avant-dernier passage sur la ligne. « C’était pour m’amuser, et ça fera une belle photo de moi vainqueur à Sestrières, plaisantait-il. En réalité, j’ai bien temporisé dans le final pour attendre Jacopo et les autres. J’ai vraiment fait le dernier tour tranquille, ce qui m’a permis de récupérer un peu et de profiter. J’ai été encore beaucoup encouragé et ça fait vraiment plaisir ». Désormais certain de boucler ce Tour d’Italie avec le maillot cyclamen du classement par points, le quadruple vainqueur d’étape aura l’occasion de savourer les ultimes encouragements du public transalpin, demain, lors du chrono final à Milan. Un contre-la-montre d’ailleurs exceptionnellement décisif puisque les deux premiers du général, Tao Geoghegan Hart, vainqueur du jour, et Jai Hindley, nouveau maillot rose, se tiennent dans la même seconde ce samedi soir. Du côté de la Groupama-FDJ, « il est prévu que Miles fasse un beau chrono, avançait Sébastien Joly, mais Arnaud aussi a envie de bien faire ».