David Gaudu, impressionne !

La première étape du Tour de Romandie faisait une incursion dans le Jura et Stefan Küng n’avait pas tort de prétendre que ce serait dur pour les jambes. Après avoir été le seul capable de suivre Geraint Thomas (Ineos) dans la dernière difficulté du parcours, notre jeune leader David Gaudu a insisté en solo avant d’être repris à moins de quatre kilomètres de l’arrivée puis de trouver la ressource de disputer le sprint dont il a pris la deuxième place.

L’étape était piégeuse et les deux directeurs sportifs de Groupama-FDJ, Yvon Madiot et Jussi Veikkanen avaient donné pour consigne d’accompagner une échappée possible. En bon capitaine de route, William Bonnet a donc pris place dans un groupe de douze coureurs comprenant notamment Vingegaard (Jumbo-Visma), Rosa (Ineos), Gougeard (ag2r-La Mondiale), Capecchi (Deceuninck-Quick Step), Bodnar (Bora-Hansgrohe), Haga (Team Sunweb) et Mori (UAE-Team Emirates). Au fil des ascensions, ce groupe s’est disloqué et a été repris par l’avant-garde du peloton dans le final mis à profit par Buchmann (Bora-Hansgrohe) pour attaquer. Il a  été raisonné par G. Thomas et David Gaudu qui avaient été rejoints à douze kilomètres de l’arrivée par Woods (Education First-Drapac).

« Il a été lucide durant toute l’étape » Y. Madiot

« David a franchi un palier, assure Yvon Madiot. Bien sûr physiquement mais aussi mentalement. Il est beaucoup plus serein, avant le départ d’une course il ne compte plus attaquer dans tous les sens. Thomas est sorti costaud et David a été le seul à le suivre. Je pense que notre coureur a trouvé son modèle de préparation, en travaillant dans les cols. C’était une étape dure dans sa deuxième partie et ils sont une vingtaine seulement à finir ensemble. Pour nous il y avait David et Sébastien Reichenbach. Hier dans le chrono, David m’avait surpris mais on sait qu’il peut faire de belles choses. Aujourd’hui, après le retour de ce groupe, il a insisté sur le plat parce qu’il n’y avait plus beaucoup de coureurs pour lutter. Il ne s’est pas fait mal et cela valait la peine qu’il tente le coup. Ensuite il a eu la ressource d’aller faire le sprint en prenant la bonne roue, celle de Roglic (Jumbo-Visma). Il a été lucide durant toute l’étape. Ce soir il est troisième du classement général. »

« Je suis vraiment très content, disait David en souriant. J’ai fait une belle course, j’avais de bonne sensations. Après avoir suivi Geraint Thomas, j’ai tenté d’y aller seul et puis j’ai récupéré pour le sprint, en choisissant la roue de Roglic qui me semblait le plus rapide mais j’ai été trop court pour le déboiter. C’est une arrivée qui me plaisait. »